Le marché subsaharien en repli de 3 % en 2015


Après avoir connu une hausse modeste en 2014, les grands volumes de trafics ont commencé à diminuer de 3 % en 2015 dans les ports d'Afrique subsaharienne. L'Europe-Afrique est le seul des trois marchés ayant fait montre d'une amélioration l'an dernier. Explications fournies par Dynaliners dans sa revue annuelle des marchés internationaux de la ligne régulière...


© Bolloré
© Bolloré
L'Afrique subsaharienne a importé en 2015 un trafic global de 5,4 millions d'EVP, en baisse de 3 % par rapport à 2014. Au total, selon Container Trades Statistics (Piers, des données reprises par Dynaliners dans son rapport annuel 2016), l'activité s'est élevée à 7,4 millions d'EVP, en recul de 3 % par rapport à 2014. À 2 millions d'EVP, ses exportations ont baissé de 2 %.
Sur le marché Extrême-Orient-Afrique, l'Afrique subsaharienne a importé 2,9 millions d'EVP en 2015 contre 3 millions d'EVP en 2014 (soit un recul de 4 %). Elle a en revanche exporté 985.800 EVP, contre un peu plus d'un million d'EVP l'année précédente. Le total Extrême-Orient-Afrique a reculé de 5 % l'an dernier, à 3,9 millions d'EVP.
Dans le sens Europe-Afrique, l'activité a stagné à 2,16 millions d'EVP. Dans le sens Afrique-Europe, les volumes ont progressé de 6 % par rapport à 2014, à 869.800 EVP. Au total, ce segment a marqué une hausse de 2 %, à 3 millions d'EVP.
Quant au marché États-Unis-Afrique, il a globalement baissé de 7 %, à 501.600 EVP. L'Afrique a importé 347.800 EVP (- 9 % ) et exporté vers l'Amérique du Nord 153.800 EVP (-1 %).
En Afrique de l'Ouest, toujours selon Dynaliners, après une bonne année 2014 qui s'était traduite dans les faits par une hausse de 11 % de l'activité, le marché Extrême-Orient est retombé en 2015.
Au total, à 1,6 million d'EVP, les échanges ont globalement baissé de 2 % par rapport à 2014. Les exportations à destination de l'Extrême-Orient ont progressé de 10 % tandis que les importations ont chuté de 2 %.

"Des unités de 14.000 EVP à l'horizon 2017 en Afrique de l'Ouest"


Début 2015, rappelle Dynaliners, MSC a commencé à déployer des navires de 8.500 EVP sur l'Extrême-Orient. En fin d'année, il a mis en place des unités de 9.200 EVP. Le rapport annuel du consultant souligne que, s'il a pu mettre sur le marché des porte-conteneurs de cette taille, c'est grâce à l'essor du terminal de Lomé. Le deuxième armateur mondial avait en effet créé une joint-venture entre TIL (sa filiale opérateur de terminaux) et le groupe chinois China Merchants. Lorsque cette installation portuaire sera achevée en 2017, elle proposera une capacité annuelle de 2 millions d'EVP et pourra opérer des navires allant jusqu'à 14.000 EVP.
De même, les capacités des navires de CMA CGM ont progressé de 35 %, ceux de Maersk de 24 % et de ceux de PIL de 35 %.
Selon le rapport annuel du consultant néerlandais, la situation aurait été trop belle si les taux de fret ne s'étaient pas effondrés de plus de 20 % l'an dernier. Le retrait de NYK du service commun FAX (regroupant également Zim et Hapag-Lloyd) n'a donc pas été une surprise.
C'est sur ce service que les armateurs japonais et allemand avaient reporté leur présence sur le marché suite à la fermeture de la ligne WAX, qui comprenait également pour autre partenaire China Shipping (lequel avait rejoint le service SW2 de PIL).
Quant à l'activité globale entre l'Afrique de l'Ouest et l'Europe, elle s'est réduite de 6 % pour s'élever à 1,3 million d'EVP. Le trafic avait crû du même pourcentage l'année précédente. Le rapport relève que le déséquilibre Nord-Sud demeure prédominant en faveur des exportations européennes. Un phénomène qui reste un handicap pour les armateurs opérant sur cet axe dans la mesure où un certain nombre de conteneurs remontent à vide en Europe.

Réduction de capacité sur l'axe Europe-Afrique de l'Ouest

Entre l'Europe du Nord et la COA, la capacité s'est réduite de 16 % en 2015. Une révision à la baisse due à Safmarine MPV qui a comprimé deux services en un, à CMA CGM qui a fermé le "loop" 5 de son service Euraf5 et à l'offre de transport déployée par la flotte en service qui n'a pas progressé.
Le recours des armateurs aux hubs d'Algésiras et Tanger-Med a pesé sur les volumes des échanges directs entre l'Europe du Nord et l'Afrique de l'Ouest. La mauvaise conjoncture a incité le japonais Mol au retrait, explique Dynaliners, laissant Hapag-Lloyd seul sur le service ARN.
Ayant vu CMA CGM et NileDutch se regrouper après avoir navigué chacun de leur côté en 2014, Hamburg Süd (entre-temps racheté par Maersk Line) a fait son apparition mi-2015 mais pas au titre d'opérateur. Il est venu proposer des navires. Le marché Afrique de Sud-Extrême-Orient a baissé globalement de 10 %, à 1,1 million d'EVP. Un volume qui s'est retrouvé au plus bas depuis 2012. Les flux en provenance d'Asie ont chuté de 13 % pendant que l'import dans le sens Afrique du Sud-Asie a progressé de 1 %.
Sur l'axe Europe du Nord et Méditerranée-Afrique du Sud, le marché conteneurisé a baissé de 2 % en 2015. La capacité annuelle entre l'Europe du Nord et l'Afrique australe (étant donné qu'il n'existe plus de services directs sur l'Afrique du Sud en sortie de Méditerranée) a fait preuve d'un ralentissement.

Le marché Afrique du Sud en progression de 10 %

L'Afrique de l'Est, pour sa part, a marqué un contraste avec les deux autres côtes de la partie subsaharienne du continent africain avec des volumes à l'export en repli mais des importations en bonne santé. Globalement, le marché a progressé de 10 %, à 819.000 EVP, dopé par la hausse de 11 % des importations en provenance d'Asie, qui représentent 90 % des échanges totaux. Le déséquilibre entre le secteur et l'Asie demeure aussi élevé qu'avec les deux autres marchés de l'Afrique, ajoute le rapport de Dynaliners.
Selon les données de Seabury, les flux Extrême-Orient-Afrique de l'Est ont progressé en 2015 de 11 % pour s'établir à 735.200 EVP tandis que les exportations destinées à l'Asie ont augmenté de 1 %, à 83.400 EVP.
Enfin, le "trade" Europe du Nord et Méditerranée-Afrique orientale a progressé l'an dernier de 7 %, s'élevant à 407.000 EVP au lieu des 381.000 EVP comptabilisés en 2014.

Vincent Calabrèse

Mardi 13 Décembre 2016



Lu 141 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 20 Décembre 2016 - 15:02 Les services Afrique en mouvement


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse