Le paquebot "France" prêt à renaître sous des lignes futuristes


Le projet de nouveau paquebot "France", appelé à devenir la vitrine du savoir-faire et de l'art de vivre français tout comme l'était son prédécesseur inauguré en 1962, est en cours de finalisation et sa construction pourrait démarrer dès 2016.


© «France»
© «France»
"On a prévu de boucler la phase de financement avant fin 2015 et on a bon espoir de tenir ce calendrier de façon à ce que la construction puisse démarrer en 2016 pour un lancement en 2018", a assuré Didier Spade, l'armateur fluvial à l'origine de cet ambitieux projet initié en 2009. L'objectif de départ était un lancement en 2015, mais pour assurer sa rentabilité un pont supplémentaire a été ajouté. Le paquebot disposera ainsi de 400 cabines (300 dans le projet initial), ce qui permettra l'embarquement de 800 passagers, loin des plus de 5.000 croisiéristes pour le plus gros au monde actuellement.
Le navire, dont la maquette au 1/160e a été présentée pour la première fois lors des Assises de l'économie de la mer mardi 2 et mercredi 3 décembre à Nantes, mesurera 260 mètres de long (316 pour son prédécesseur) et 32 mètres de large. Il sera construit, comme son prédécesseur, aux chantiers STX de Saint-Nazaire. Avec des lignes épurées et futuristes, celui qui est appelé à devenir le successeur du fleuron de la Compagnie générale transatlantique, disposera de deux fausses cheminées, habitées, et peintes en rouge et noir comme le "France" des années 60/70. Toutes ses cabines, d'une superficie allant de 36 à 200 m2, disposeront d'un balcon. Un pont promenade ceinturera le navire, tandis que plusieurs restaurants - gérés en partenariat avec le chef Alain Ducasse -, salons et bars prendront place au sommet de la "cheminée" avant ou encore au cœur même de l'étrave.
Le navire comptera également une école de cuisine, un centre de thalassothérapie ou encore... une tyrolienne installée entre les deux "cheminées" permettant aux passagers les plus téméraires de survoler la palmeraie de 1.500 m2 et ses vasques relaxantes. L'objectif est que le navire "puisse jouer vraiment le rôle d'ambassadeur des talents de la France partout où il ira dans le monde", a indiqué Didier Spade, précisant qu'il avancera à la vitesse maximale de 21 nœuds et disposera d'une motorisation hybride gasoil/gaz naturel liquéfié. "C'est un très beau projet, c'est formidable", a jugé le havrais Michel Deschamps, qui a bien connu le "France". "Il faudra cependant que les gens fassent leur deuil avant de pouvoir accueillir ce nouveau paquebot", a assuré l'ancien marin de 73 ans, la gorge nouée à l'évocation du bateau mythique. "Trop de souvenirs, trop de tristesse, le «France» c'est notre identité", a-t-il expliqué.

Un coût de 450 millions d'euros

Le coût du nouveau paquebot a été évalué à 450 millions d'euros. Son modèle économique repose sur une prévision de 40 croisières par an avec un taux de remplissage de 85 % pour un chiffre d'affaires compris entre 140 et 150 millions d'euros. Le navire, qui arborera le pavillon français, sera financé en partie (entre 150 et 200 millions d'euros) par du capital-investissement (apport de fonds propres à une société en échange d'une participation à son capital). Le solde sera apporté via des prêts bancaires. Un premier investisseur français a rejoint le projet en juillet, a assuré Didier Spade, qui dans la foulée a lancé un club des investisseurs français avec un ticket d'entrée de 3 millions d'euros. Objectif : arriver à une vingtaine de participants, soit au moins 60 millions d'euros. Des fonds étrangers (États-Unis et Moyen-Orient essentiellement) semblent aussi intéressés par le projet et prêts à investir dans ce créneau des croisières de luxe. "Le «France» doit appartenir aux Français", a en outre estimé le PDG de Seine Alliance, société qui exploite des bateaux de réception à Paris, indiquant que lors du lancement du navire tous les Français qui le souhaiteront pourront en devenir les actionnaires, via un financement participatif. "Je suis très confiant sur l'avenir du «France»", a avancé l'homme d'affaires, rappelant que le marché de la croisière était "en train d'exploser", notamment en Asie.

Sandra Ferrer

Jeudi 4 Décembre 2014



Lu 192 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse