Le passage du "Concordia" attendu de pied ferme en Corse



Les élus dénoncent le passage quotidien de "bateaux poubelles" dans le canal de Corse © Patricia Spach
Les élus dénoncent le passage quotidien de "bateaux poubelles" dans le canal de Corse © Patricia Spach
Élus et population corses s'alarment à l'approche de l'épave du "Costa Concordia", qui, en route pour Gênes, doit passer au large de l'île à partir de jeudi 24 juillet, un visiteur exceptionnel attendu cependant sereinement par les autorités maritimes françaises. Parti mercredi 23 juillet de l'île du Giglio, le géant avarié, escorté par sa flottille de soutien, est attendu à l'est de la Corse, à 20 miles (37 km) des côtes, frôlant les eaux françaises, à partir de jeudi 24 juillet s'il maintient sa vitesse à un peu plus de 2 nœuds. Il devrait être au large de Bastia au plus tôt vers minuit - ou vendredi 25 juillet s'il ralentit - se rapprochant de la côte à environ 15 miles (28 km), selon la préfecture maritime de la Méditerranée. Là, le "Jason", navire français de lutte antipollution, surveillera la manœuvre, avec à son bord la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal. Pendant quatre jours, le paquebot de 300 mètres remorqué par deux bateaux devra avaler près de 280 km, jusqu'aux chantiers navals génois où il sera démantelé. Les Français suivront sa route jusqu'à ce que le Cap Corse soit passé (toujours dans les eaux internationales). Dans l'île, l'alerte a été lancée il y a dix jours, avec un courrier adressé à Ségolène Royal par le maire de Bastia, Gilles Simeoni, s'alarmant des risques de pollution. Une "flottille citoyenne" a prévu de partir jeudi à 15 h 30 de Bastia pour protester non loin du passage du convoi, ont indiqué mercredi les organisateurs après une réunion en mairie d'élus, syndicats, associations...
Ils demandent à "l'État italien des réponses claires" notamment sur le "pompage préalable des matières polluantes ou dangereuses contenues dans l'épave". Au-delà, ils dénoncent le passage quotidien de "bateaux poubelles" dans le canal de Corse, dans une zone où se prépare un projet de parc national marin. "Nous ne pouvons accepter en l'état que l'épave géante passe devant nos côtes, et notamment dans le périmètre du futur parc national marin", avait de nouveau dit dimanche le maire de Bastia, lançant un appel à la "mobilisation populaire". Ségolène Royal a ainsi promis de venir jeudi, prête à prolonger son séjour, pour surveiller l'opération, non sans agacer son homologue transalpin.

Un dispositif italien robuste

"Il serait intolérable de subir la moindre pollution", a prévenu Mme Royal, qui devrait rester ce week-end pour évoquer le projet de parc national. Elle s'est dite seulement "partiellement" rassurée par son homologue italien "parce que tout n'est pas maîtrisable". Selon elle une déconstruction sur place "aurait sans doute limité les risques". Le "Jason", bâtiment de la Marine à disposition du préfet maritime, mouille de ce fait depuis dimanche au large de Bastia. Du côte de la préfecture maritime justement, on veut rassurer. "Le risque zéro n'existe pas, mais un incident grave serait une énorme surprise", souligne son porte-parole, Yann Bizien. Pour la préfecture, qui depuis Toulon coordonne les opérations de suivi côté français en coopération avec l'État voisin, "le dispositif italien est suffisamment adapté et robuste", le dispositif français vient en "redondance". Côté météo, les voyants sont au vert, et "tout a été fait pour que l'épave reste à flot", souligne-t-on : l'arrière enfoncé pour éviter à l'épave de chasser, des experts qui "ont pris leur temps", un navire de conception moderne même s'il a été endommagé... Le convoi compte plusieurs unités chargées de repérer, même de nuit, et pomper les pollutions éventuelles. Quelque 163 tonnes d'hydrocarbures et produits huileux restent dans l'épave, car situés dans des endroits inaccessibles. L'Italie a aussi prévu un avion, deux hélicoptères et un suivi satellitaire, les moyens aériens restant les plus efficaces pour repérer les fuites. Des patrouilles de la gendarmerie maritime doivent enfin soutenir le dispositif en matière d'ordre public, les bateaux croisant sur zone ayant interdiction d'approcher à moins de 3 miles (5,5 km).

AFP

Jeudi 24 Juillet 2014



Lu 121 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse