Le pavillon français a gagné deux unités en six mois


Au 1er juillet 2013, la flotte de commerce affectée au transport et aux services maritimes sous pavillon français comptait deux navires de plus de 100 UMS* qu'au 1er janvier. Au total, selon la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer (DGITM), l'effectif global est passé en six mois de 307 à 309 unités.


© CMC CGM
© CMC CGM
En France, la flotte de commerce comportait au premier semestre de l'année 198 navires dédiés au transport, représentant 5,7 millions d’unités de jauge brute, pour une capacité d’emport s'élevant à plus de 6,7 millions de tonnes de port en lourd (TPL), et 111 unités affectées au services maritimes, soit 28.609 unités de jauge.
La Mission de la flotte de commerce, qui a effectué l'étude pour le compte de la Direction des Affaires maritimes, a relevé au cours du premier semestre une relative stabilisation "après les sorties enregistrées en 2012". Cinq entrées ont compensé le nombre de départs des navires ayant quitté le pavillon français, ont mentionné les auteurs du document, soulignant que le tonnage global a toutefois baissé.
Le VLCC "BW Utik", de l'armateur BW Maritime France, a abandonné le pavillon national pour le registre panaméen le 13 janvier 2013. "Cette sortie a représenté près de 10 % du tonnage de la flotte pétrolière de brut", observe la Mission de la flotte de commerce. Autre départ, celui du "ST Mila", un navire de produits pétroliers de ST Management, sorti le 7 mai pour un gel de francisation au profit du pavillon belge.
Le document a relevé en revanche une entrée au cours du premier trimestre : celle du "Kiribora", un navire neuf transporteur de produits pétroliers construit par le chantier coréen Shipbuilding pour le compte de Socatra. Il affiche une capacité d'emport de plus de 50.000 tonnes et est immatriculé au Registre international français (Rif).

"Un porte-conteneur et un roulier de plus sous pavillon tricolore"


La Mission de la flotte prévoyait déjà au 1er juillet la sortie en août du "Maersk Clarissa" de Maersk Tankers France, société dont on envisageait déjà l'été dernier un plan de départs de la moitié des navigants. En revanche, au ministère, on n'émettait pas encore l'hypothèse de voir cette filiale du groupe danois menacer de déposer le bilan sans repreneur.
Globalement, la flotte pétrolière française reste jeune puisque les navires pétroliers nationaux ont 6,2 ans contre 10,5 ans au niveau mondial et 8,4 ans au sein de l'Union européenne.
Du côté de la flotte de charge, la Mission de la flotte de commerce comptabilisait, au 1er juillet, 70 navires pour un total de jauge brute de 2,5 millions d'unités et une capacité d'emport de près de 2,8 Mt. Avec l'arrivée du porte-conteneurs "CMA CGM Jules Verne", construit par Daewoo Shipbuilding pour l'armateur français, et le "MN Calao", roulier de 12.410 TPL sorti des chantiers de Hyundai Mipo pour la Compagnie maritime nantaise, l'effectif tricolore s'est enrichi de deux unités. En revanche, le "MN Éclipse", du même armateur, a été vendu.
Le ministère prévoyait, dans le secteur des marchandises diverses, les sorties du "CMA CGM Chopin" et du "CMA CGM Puccini" et des vraquiers "Pierre LD" et "Jean LD" du pavillon Rif. "Avec le départ de ces deux vraquiers, le pavillon français ne comptera plus de navires dans cette catégorie", commente le document du ministère.
La Mission de la flotte note également le changement de nom du "Marfret Durande" qui a pris le nom de "BG Freight Iberia", suite à son affrètement par le néerlandais BG Freight en août 2012. Il est toutefois demeuré sous pavillon Rif.

7,5 ans d'âge moyen

En parallèle, le secteur de la flotte de services maritimes a augmenté de deux navires au cours de enregistrés au premier semestre 2013. Le Rif comprend 97 navires de plus de 100 unités de jauge brute, 69 navires au registre métropolitain et 42 navires aux registres d’Outre-Mer, dont 29 en Polynésie française. Quant à la flotte de services maritimes de plus de 100 unités de jauge brute, elle comprend 78 navires inscrits au Rif et 33 navires au registre métropolitain.
Le document statistique relève que l’âge moyen de la flotte de transport française s’est abaissé de 0,4 an depuis le 1er janvier 2013. Au 1er juillet, il s’est établi en effet à 7,5 ans.

* UMS : Universal Measurement System, unité de mesure de la jauge

Vincent Calabrèse

Mercredi 27 Novembre 2013



Lu 364 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse