Le plan de renouvellement du réseau confié à RFF


À la demande du ministre délégué aux Transports, Réseau ferré de France est chargé de définir "un grand plan de modernisation du réseau ferroviaire" d'ici six mois. L'effort devrait porter sur le réseau principal et les pouvoirs publics s'engagent à augmenter de 300 millions d'euros par an les crédits consacrés à ce futur plan. Sa mise en œuvre pratique devra relever plusieurs défis.


© SNCF
© SNCF
Sur la base des conclusions du nouvel audit de l’École polytechnique fédérale de Lausanne remis lundi 15 octobre, Fréderic Cuvillier a confié à RFF la préparation d'un plan de renouvellement et de modernisation du réseau ferroviaire. À remettre dans six mois, il devra tenir compte de plusieurs orientations fixées par le ministre délégué aux Transports : "Renforcer la qualité de service et la sécurité du réseau, travailler avec les régions, et mobiliser les industries françaises". Dans l'immédiat, les pouvoirs publics s'engagent à augmenter de 1,7 à 2 milliards d'euros les capacités financières de RFF consacrées au renouvellement du réseau. Avec les régions, le gestionnaire d'infrastructures devra en outre hiérarchiser les priorités sachant que l'audit de l’École polytechnique a donné en la matière quelques indications. L'étude préconise en effet de poursuivre l'effort engagé depuis 2008 et de le concentrer sur le cœur du réseau classique. Un avis similaire avait été rendu fin septembre par la Cour des comptes. Au total, une dizaine d'axes du réseau principal très sollicité sont identifiés. Pour améliorer l'efficacité des chantiers, "la création d'un gestionnaire unique d'infrastructures serait nécessaire pour poursuivre l'amélioration des processus industriels", ajoute l'audit. De quoi satisfaire les partisans d'un rapprochement entre RFF et SNCF Infra qui, par délégation de service du gestionnaire d'infrastructures, assure la majeure partie des travaux de rénovation sur le réseau.

Contraintes physique

Tout en poursuivant les projets de lignes à grande vitesse déjà engagés*, le ministre délégué aux Transports confirme dans le ferroviaire la priorité en faveur du réseau existant. Sur le terrain, cette volonté risque toutefois d'être difficile à mettre en œuvre. Le frein ne semble pas financier mais plutôt technique concède Hubert du Mesnil, président de RFF. "SNCF Infra tourne déjà à plein régime" et le recours à d'autres entreprises de travaux ferroviaires, autorisé dans le cas d'opérations de renouvellement, demeure marginal. Dans l'immédiat, le gestionnaire rénove un millier de kilomètres de voies par an.

"Le budget consacré au renouvellement passera de 1,7 à 2 milliards d'euros par an"


Allant à l'encontre d'une des orientations fixées par le ministre, la seconde contrainte est de maintenir la qualité de service pendant les phases de travaux. D'ores et déjà, les entreprises ferroviaires, dans le fret en particulier, dénoncent les perturbations dues aux rénovations actuelles alors que l'effort a porté depuis 2008 sur les lignes régionales. En s'attaquant au réseau principal, le risque d'une aggravation de la qualité de service est réel. En concertation avec les collectivités locales et les professionnels du transport de marchandises par chemin de fer (si le report modal est toujours une priorité), le plan de renouvellement du réseau préparé par RFF devra tenir compte de ces contraintes. En possession des conclusions de la commission d'évaluation du Schéma national des infrastructures de transport (Snit) dont la composition sera dévoilée aujourd'hui, Frédéric Cuvillier prévoit de présenter les grands axes de la politique de modernisation du réseau ferré français d'ici le printemps 2013.

* LGV Est Européenne Phase II, LGV Bretagne Pays de la Loire, LGV Sud Europe Atlantique, Contournement de Nîmes et Montpellier

Érick Demangeon

Mardi 16 Octobre 2012


Tags : ferroviaire, rff, sncf



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse