Le port de Douala victime d'engorgement


Douze navires porte-conteneurs étaient encore en attente dans le port de Douala, la métropole économique du Cameroun, depuis près de quarante jours. "Cette situation, a expliqué à "Afrique Jet Actualité" un déclarant en douanes opérant au port de Douala, Serge Olivier Nandjui, est due à l’incapacité de l’opérateur du Terminal à conteneurs de Douala de remplir son cahier des charges".


Le nombre de porte-conteneurs attendus au Cameroun est en forte diminution © Port autonome de Douala
Le nombre de porte-conteneurs attendus au Cameroun est en forte diminution © Port autonome de Douala
Selon l'administration des douanes, "la Douala International terminal (DIT, l’opérateur du terminal à conteneurs du port de Douala) ne peut travailler actuellement qu’avec un seul navire à la fois parce que ne disposant que de deux portiques de quai dont l’un tombe régulièrement en panne". Comme Serge Olivier Nandjui, les déclarants en douanes et les transitaires opérant au port de Douala reconnaissent que ce "port est durablement engorgé" avec "des conséquences énormes et fort préjudiciables".
Les acteurs opérant au port de Douala notent, entre autres conséquences, que "le nombre de porte-conteneurs attendus au Cameroun est en forte diminution", les armateurs ne voulant plus positionner leurs navires sur Douala tant que la situation ne s’améliorera pas.
"Au-delà de ces conséquences visibles, les armateurs limitent, depuis le début de la semaine, en plus d’imposer des surcharges de congestion au moins 300 dollars par EVP ou 5 dollars par tonne, les quantités de fret qu’ils embarquent à destination du Cameroun même pour les cargaisons transbordées", s’indignent-ils.

"Des conséquences énormes et fort préjudiciables"


"Pendant ce temps, les consignataires prélèvent aux acconiers des frais de stationnement surélevés et aux importateurs des montants énormes de l’ordre de plusieurs milliards par mois de faux frais dont principalement les surestaries et les "detention fees" sur les conteneurs", dénonce Serge Olivier Nandjui, cité par "Afrique Jet Actualité".
Par ailleurs, le même constat est fait au niveau des opérations liées au Terminal à bois (SEPBC) où quatre navires de bois sont mis à quai alors que le parc à bois ne peut approcher quotidiennement que 2.000 m3, soit un rendement journalier de 500 m3 par navire. "Ce n’est pas la première fois que le port de Douala connaît un engorgement préjudiciable", a commenté la société d'édition.

Le groupe Bolloré sur la sellette

Le débat sur la concession du Terminal à conteneurs du port de Douala n’a jamais été clos depuis que l'État du Cameroun l’a confié en 2002 à la DIT du groupe Bolloré au détriment de Progosa qui avait une meilleure offre.
"En attendant l'ouverture officielle du port en eaux profondes de Kribi au sud du Cameroun, l'engorgement du port de Douala pose de sérieux problèmes au transport maritime au Cameroun et paralyse les activités commerciales et économiques des pays comme le Tchad et la République centrafricaine qui n'ont pas accès à la mer et dont les marchandises transitent en majorité par le port de Douala", constate le journal.

Vincent Calabrèse

Mercredi 13 Août 2014



Lu 477 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse