Le port de Rotterdam stabilise son trafic


Au cours des neuf premiers mois, la reprise des vracs solides a maintenu l'activité du port de Rotterdam au niveau de 2012 alors que les autres segments sont en baisse. Le trafic s'est cependant amélioré au troisième trimestre.


© Port of Rotterdam
© Port of Rotterdam
Après neuf mois d'activité en 2013, le premier port d'Europe fait preuve de stabilité dans ses trafics. Près de 332 millions de tonnes de marchandises sont passées sur les quais de Rotterdam depuis le début de l'année, soit un faible recul de 0,1 % comparé à la même période en 2012. Ce sont cette fois les vracs solides qui ont soutenu la tendance (65,3 Mt, + 12 %) alors que les deux autres segments de trafic ont reculé, les conteneurs ne faisant pas exception. Les vracs liquides ont ainsi perdu 2,4 % (157,5 Mt) et les marchandises diverses 2,9 % (109,6 Mt). Hans Smits, le directeur général du port de Rotterdam, s'est félicité d'un "bon trimestre, dans la mesure où le trafic des six premiers mois était en baisse de 0,9 % comparé à 2012". Il s'attend "à ce que la tendance à la hausse se poursuive et que le trafic annuel soit au même niveau que celui de l'an dernier". L'activité entre juillet et septembre a affiché une hausse de 1 %. Depuis le début de l'année, les statistiques de Rotterdam incluent les chiffres du port maritime de Dordrecht, situé en amont. Le trafic annuel de ce dernier, voisin des 3 millions de tonnes, compte pour moins de 1 % de l'activité totale du premier port d'Europe et n'a pas influé sur son évolution, selon l'autorité portuaire.

"Un bon trimestre après la baisse des six premiers mois"


En baisse sur neuf mois, les vracs liquides ont pâti du recul de 6,7 % du trafic de brut, qui s'est chiffré à 70,02 millions de tonnes, tandis que les produits issus de la transformation du pétrole avaient connu une hausse de 1,3 % (61,83 Mt). Le GNL (0,4 Mt) et les autres vracs liquides (25,3 Mt) ont augmenté aussi, respectivement de 6,4 et 1,2 %. Le port attribue la baisse des importations de brut à la chute de la demande en carburants ainsi qu'à de lourdes opérations de maintenance dans les raffineries locales. "Cette situation aura également des conséquences au quatrième trimestre", prévient l'autorité portuaire.

Rebond des lignes régulières courtes

Le conteneur est lui aussi en souffrance depuis le début de l'année 2013. Cette activité, qui compte pour plus de 80 % du segment des marchandises diverses, a diminué de 2,7 % en tonnage, à 92,2 Mt, et de 1 % en nombre de boîtes, avec 8,84 millions d'EVP. La faiblesse de la demande en biens de consommation est la principale raison invoquée. Dans le détail, le port a constaté un recul de 2,5 % en EVP sur les liaisons intercontinentales, avec la réduction des capacités entre l'Asie et l'Europe. Pour les services feeder, la chute a été plus lourde. Les - 9,9 % s'expliquent aussi par le transfert de plusieurs services vers des ports allemands. Au contraire, la ligne régulière de courte distance a progressé de 12,7 %, "grâce à la croissance de la Scandinavie, de la Russie et des pays baltes".
Concernant le reste des marchandises diverses, l'amélioration de l'économie britannique a permis une hausse de l'activité ro-ro de 2,8 % (13,8 Mt). Les autres trafics de cette catégorie ont perdu 23,1 %, à 3,6 Mt du fait de la baisse de la demande européenne pour les produits sidérurgiques semi-finis.

Massification des minerais et besoins allemands

La stabilité du trafic global du port a donc été obtenue grâce aux vracs secs, dont toutes les composantes ont crû de janvier à septembre. Le port explique la hausse de 10,3 % du trafic de minerais et ferrailles par la concentration des importations sur de très grands navires de type Valemax reçus à Rotterdam avant leur redistribution vers les aciéries européennes. La manutention des ferrailles à Dordrecht et la reprise de la production d'acier allemande sont aussi des raisons de cette hausse. Cette reprise a également profité aux importations de charbon (+ 17,3 %), de même que la mise en service d'une nouvelle centrale à charbon en Allemagne (Lunen) alors que la production minière décline dans ce pays.
Les volumes de vracs agroalimentaires (+15,4 %) ont été soutenus par les exportations de farine et les importations massifiées (grands navires) de graines destinées à l'extraction d'huile. Enfin, le trafic des autres vracs solides, comme les minéraux, a augmenté de 3,4 %.

Franck André

Jeudi 21 Novembre 2013



Lu 256 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse