Le port de Villefranche-sur-Saône prépare l’avenir


Solide année 2014 pour le port de Villefranche-sur-Saône qui prépare l’avenir malgré les sanctions financières imposées par l’État sur les CCI gestionnaires.


© Port de Villefranche-sur-Saône
© Port de Villefranche-sur-Saône
Spécialiste des vracs et des colis lourds, le port de Villefranche enregistrera en 2014 des chiffres assez similaires à ceux de 2013 avec 1.680.000 tonnes traitées. À fin octobre 2014 par rapport à fin octobre 2013, la répartition est ainsi ventilée en 701.144 tonnes pour la route (874.365 tonnes pour toute l’année 2013), 24.482 tonnes pour le ferroviaire (37.148 tonnes pour ce mode en 2013), 16.292 tonnes pour le fluvio-maritime (5.337 tonnes en 2013 et - 76,46 % par rapport à 2012), 587.355 tonnes pour le fluvial (743.752 tonnes en 2013). Il a été recensé 1.420 mouvements de bateaux l’an dernier.
«Cette année, nous avons renforcé nos liens avec nos clients historiques pour les engrais, les céréales, le bois, trois secteurs qui résistent bien et sont même en croissance», commente Florent Dupré, directeur du port de Villefranche. Pour le bois, par exemple, le port a capté de nouveaux clients et a augmenté les trafics sur l’Algérie et la Tunisie grâce au retour du fluvio-maritime via un service régulier organisé une ou deux fois par mois. «Il s’agit d’un trafic qui permet de mettre en avant le savoir-faire du port car c’est un véritable exercice que d’arriver à faire tenir dans un navire de 3.000 m3 de cale plus de 800 fardeaux de tailles différentes». Cette sorte de grand jeu de construction nécessite entre un jour et un jour et demi pour son chargement. «La flexibilité du port nous permet de traiter ce genre de flux», observe Florent Dupré. Le port a aussi commencé un nouveau service d’approvisionnement de bois de trituration pour une usine de pâte à papier de Tarascon avec deux bateaux par mois.

"Deuxième port fluvial sur l’axe Rhône-Saône"


Côté BTP, on pense immédiatement au groupe Plattard établi depuis longtemps sur le port et qui utilise le transport fluvial pour acheminer ses matières premières (sables et graviers) de sa carrière d’Anse vers son site industriel de Villefranche (450.000 tonnes par an). Ce groupe caladois (458 personnes, 32 agences de négoce, 150 millions d’euros de chiffre d’affaires, quatre sites de production sur 27 hectares) a mis en place voici un certain temps un partenariat avec Delmonico Dorel pour créer DDM, un spécialiste du transport fluvial entre Villefranche et Arles. Le groupe dispose de deux pousseurs et de quatorze barges. Plattard a aussi créé cette année une filiale, Ancycla. Il s’agit d’un centre de réception, tri et valorisation des déchets inertes du BTP permettant d’offrir à la clientèle un nouveau service dans la gestion environnementale de ses chantiers. D’autres entreprises proches de ce secteur d’activités pourraient intégrer la plateforme caladoise. «Notre historique dans le vrac nous place en bonne position pour cela», précise Florent Dupré.
Le schéma portuaire du pôle métropolitain lyonnais et de ses territoires d’influence, piloté par VNF, examine des synergies entre les différentes plateformes portuaires et par filière. Il englobe le port de Villefranche dans ses réflexions concernant l’axe Nord et Vienne-Salaise-Sablons pour le Sud.
«Deuxième port fluvial sur l’axe Rhône-Saône par le tonnage transité, positionné à l’entrée Nord de l’agglomération lyonnaise, nous devons préparer la réponse à apporter aux besoins que formuleront les acteurs économiques en charge de faire transiter à terme les flux en entrée et sortie de Lyon pour leur distribution intramuros par le mode fluvial», observe Noël Comte, président de la CCI de Villefranche-Beaujolais qui, à l’instar de milliers d’autres entrepreneurs, ne décolère pas en constatant que le gouvernement actuel ne fait pas le distingo entre les bons gestionnaires (notamment les CCI qui gèrent les ports intérieurs, qu’il sanctionne, alors qu’elles suivent des plans d’investissement soutenus, mesurés, assurés et assumés) et ceux qui laissent filer les comptes d’exploitation dans le rouge !

Agrandissement de la plateforme de 7.000 m2

Ainsi, les investissements prévus sur le port sont estimés à 3,4 millions d’euros pour 2015-2016 et la CCI avait envisagé d’autofinancer en partie ces travaux. Ils concernent l’agrandissement de la plateforme de 7.000 m2 (superficie du port : 26 hectares), la création d’un poste à quai supplémentaire, la modernisation et la couverture de la plateforme de réception du sel (dont les stocks sont importants eu égard à la clémence de l’hiver 2013). «Mais les nouveaux agissements du gouvernement qui veut effectuer une ponction d’environ 3 millions d’euros sur notre fonds de roulement, fruit de plusieurs années de bonne gestion illustrée d’ailleurs par le compte d’exploitation excédentaire pour le port, va nous conduire à revoir notre plan de financement portuaire. Un comble ! Comment vouloir faire décoller le mode fluvial et plus largement l’intermodalité si à la veille de lancer les travaux attendus par les clients, l’État nous spolie», lance, furieux, Noël Comte.

Annick Béroud

Lundi 12 Janvier 2015



Lu 800 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse