Le port néerlandais de Rotterdam poursuit sa croissance


Le port de Rotterdam a enregistré au cours des neuf premiers mois de l'année une croissance de 2 % de son trafic global. Une progression portée par le conteneur mais également les vracs agroalimentaires et le roulier et conventionnel.


© Port of Rotterdam
© Port of Rotterdam
À 10,2 millions d'EVP, soit 4,9 M EVP à l'export, et 6 M EVP à l'import, le conteneur, en hausse de 10 %, fait partie des filières qui ont porté la croissance de Rotterdam au cours des neuf premiers mois de l'année. Au troisième trimestre, le port néerlandais a enregistré une augmentation de 3,1 % de son activité conteneurisée comparé au deuxième trimestre. Cette croissance, selon la direction de l'établissement portuaire, est due à "un certain nombre de facteurs". Elle juge que la recomposition des alliances mondiales lui a été favorable en matière d'escales, qu'il a tiré profit d'une amélioration de la productivité des terminaux de Maasvlakte 2 et qu'il a vu ses volumes en transbordement s'accroître en devenant le port de transbordement européen des méga-porte-conteneurs.
Selon Allard Castelein, directeur général du port de Rotterdam, "grâce en partie à l'augmentation de 10 % du volume de conteneurs, ce trimestre s'est avéré favorable pour nos statistiques. Cependant, cette croissance est freinée par des volumes inférieurs dans d'autres secteurs. Ainsi, le charbon a diminué par rapport à 2016 en raison de la fermeture de deux centrales électriques au charbon à Rotterdam et de la hausse de production d'énergie renouvelable. De même, le mazout au troisième trimestre a également été inférieur à celui de l'an dernier".
Les vracs agroalimentaires et le conventionnel ont également contribué cette année à la croissance du port néerlandais. En revanche, Rotterdam a enregistré une chute des vracs liquides.

"La recomposition des alliances mondiales favorable en termes d'escales"


À 61,1 millions de tonnes, les vracs secs ont progressé de 1,4 %. Rotterdam a assisté à un bond de 14,7 % des vracs agroalimentaires (céréales et alimentation animale) comparé à 2016. Une croissance que l'établissement portuaire néerlandais attribue également à la production de biocarburants. Il relève en revanche une modeste hausse du trafic de minerais de fer et de ferraille (+ 0,7 %), pour un total de 23,4 millions de tonnes. Quant au charbon, il a baissé de 2,6 % en raison, notamment, de la fermeture d'unités de production sur le site de Maasvlakte.
En matière de ro-ro, le port de Rotterdam a assisté au cours de ces trois premiers trimestres à une hausse des volumes de 6,6 % par rapport à 2016. Le trafic roulier a atteint à fin septembre 17,9 millions de tonnes. Une croissance portée par une hausse des échanges avec le Royaume-Uni (qualifié de "marché dominant" sur le secteur), ainsi qu'avec le Portugal, l'Islande et les pays scandinaves.
Dans le secteur du conventionnel pur, une augmentation de 18,9 % des tonnages a été enregistrée au cours de la période. L'autorité portuaire attribue cette forte progression à l'activité des aciéries allemandes au cours du premier semestre. Des volumes qui ont repris leur rythme normal une fois que certaines usines germaniques sont sorties de leur période de maintenance.

Les vracs liquides victimes des flux de mazout

En revanche, les vracs liquides ont chuté de 4,2 % pour s'établir à 161,5 millions de tonnes. Selon la direction du port, même si la demande dans le secteur du raffinage s'est traduite par une hausse de 3,5 % d'activité pour le pétrole brut, le troisième trimestre a été marqué par une nouvelle baisse des produits pétroliers dans leur ensemble. Un phénomène causé principalement par une baisse des importations et des exportations de mazout. "Le principal pays d'origine du fuel est la Russie", souligne l'établissement portuaire, ajoutant qu'une augmentation récente des droits d'exportation russes a entraîné une baisse des niveaux de production et, par conséquent, des volumes à l'export.
Quant aux volumes de GNL, ils ont affiché cette année à Rotterdam un recul de 3 %, à 1,3 million de tonnes.
Pour l'année 2017, le directeur général du port prévoit une hausse de 1 à 2 % d'activité par rapport à 2016. Il est convaincu que l'attention que semble vouloir porter le gouvernement actuel des Pays-Bas au plan environnemental portera ses fruits.

Vincent Calabrèse

Mardi 14 Novembre 2017



Lu 587 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse