Le projet Skylander ne verra pas le jour


Skylander, cet avion tout-terrain qui devait être construit en Lorraine avec le soutien des pouvoirs publics, ne verra pas le jour. Mardi 16 avril, la société Sky Aircraft, porteuse du projet, a été placée en liquidation judiciaire, faute de repreneur.


© Geci
© Geci
Le projet d'avion tout-terrain Skylander ne verra pas le jour. "Tout a été tenté pour sauver l'entreprise, mais aucune poursuite n'est envisageable", a indiqué le président du tribunal de commerce de Briey, en Meurthe-et-Moselle, Jean-Marie Brancaléoni, avant de prononcer la liquidation judiciaire mardi 16 avril devant des dizaines de salariés. "Il n'y a pas d'offre sérieuse et régulière, la situation de l'entreprise est irrémédiablement compromise", a-t-il ajouté. La société, filiale du groupe Geci qui emploie 113 salariés à Chambley, avait été placée en redressement judiciaire en octobre. Elle présente un passif de plus de 120 millions d'euros.

3 tonnes de fret

Sky Aircraft avait vu le jour en 2008 : il s'agissait de produire le Skylander, un avion bimoteur à hélices capable de transporter dix-neuf passagers ou près de 3 tonnes de fret et de faire face à des conditions climatiques et d'atterrissage extrêmes. L'industriel avait reçu des avances remboursables pour 20 millions d'euros de la part de la région Lorraine, qui entendait développer la filière aéronautique sur son territoire, notamment à l'aéroport de Chambley. Selon les salariés, les difficultés ont commencé fin 2011, lorsque la société s'est trouvée face à des difficultés de trésorerie, alors qu'elle ne dégageait aucune rentrée d'argent.

"Il n'y a pas d'offre sérieuse et régulière"


Le projet était toutefois soutenu par un large consensus politique : en janvier 2012, la chef de l'opposition au Conseil régional de Lorraine, Nadine Morano (UMP), par ailleurs membre du gouvernement de l'époque, avait ainsi annoncé un soutien de l’État de 60 millions d'euros, au titre du Grand Emprunt et du Fonds stratégique d'investissement (FSI). Mais, quelques semaines plus tard, le FSI s'était ravisé, en estimant que "le projet sous-estimait le coût final et surestimait les perspectives commerciales", alors que des promesses d'achat annoncées s'étaient finalement avérées incertaines.
Le Fonds avait alors conditionné son aide à l'adossement de Sky Aircraft à un partenaire industriel, sans succès. Depuis le placement en redressement judiciaire, seul un repreneur potentiel, Hong Kong Technology Group Corporation, s'était fait connaître, "mais il ne s'est jamais présenté devant le tribunal", a souligné mardi le président de la juridiction commerciale. Ce candidat devait en outre verser 13 millions de dollars au titre des garanties financières, somme qui n'a jamais été transférée en France.
"On a l'impression d'avoir accompagné un malade pendant des mois, avant une mort annoncée. Nous en voulons au PDG de Sky Aircraft, Serge Bitboul, comme à tous les acteurs du dossier qui n'ont pas respecté leurs engagements", a souligné une représentante syndicale CFE-CGC, Nathalie Hannis. Le secrétaire du comité d'entreprise, Pierre Médan, a pour sa part évoqué "un immense gâchis", en se disant "extrêmement déçu". "Est-ce que Sky Aircraft a fait ce qu'il fallait, peut-être pas : Serge Bitboul était un novice sur le marché de la construction d'avions, il n'a pas su être crédible", a estimé l'une des salariées à la sortie du tribunal, en comparant l'aventure Skylander à "un naufrage".




Geci cherche un partenaire pour Reims Aviation

Geci a annoncé mardi 16 avril être à la recherche d'un partenaire pour sa filiale Reims Aviation Industries, qui emploie environ 70 personnes, après la déconfiture du projet Skylander. Reims Aviation Industries a produit plus de 6.000 avions depuis sa création en 1933. Basée dans la ville éponyme, la société fabrique actuellement un seul modèle, le F406, un biturbopropulseur léger spécialisé dans la surveillance. Geci International et Geci Aviation, qui sont l'un et l'autre cotés en Bourse, ont indiqué qu'ils étaient en train d'arrêter leurs comptes pour l'exercice achevé fin mars, en prenant en compte l'impact de la liquidation de Sky Aircraft. Tournant la page, Geci International a précisé qu'il comptait se recentrer sur ses activités historiques dans l'ingénierie. "Une communication sera faite auprès du marché au plus tard le 30 juin, précisant la stratégie de développement et la situation financière du groupe", a-t-il promis.

Paul Aubriat

Mercredi 17 Avril 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse