Le rail a le vent en poupe en Suisse


Le ferroviaire a transporté 2 tonnes sur 3 du fret qui a transité par les Alpes suisses en 2013, une part inégalée depuis sept ans.


80 % du marché ferroviaire suisse se partage entre BLS et CFF Cargo © CFF Cargo
80 % du marché ferroviaire suisse se partage entre BLS et CFF Cargo © CFF Cargo
Pour le transit de marchandises à travers les Alpes suisses sur les axes majeurs européens Nord-Sud, les chargeurs ont fait appel au rail en 2013 comme rarement ces dernières années. Le ferroviaire a décroché l’an dernier une part modale de 66 % : il faut remonter à 2006 pour trouver une performance comparable. Depuis, il stagnait un peu au-dessus de 60 %.
Le rail a pu capitaliser sur sa fiabilité, explique en substance l’Office fédéral (ministère) des transports : "Sa hausse est principalement due à une exploitation sans perturbation, ce qui renforce la confiance des intervenants du marché". En chiffres absolus, il a transporté 25,2 millions de tonnes, dont 15 millions sur l’axe du Gothard et 10 millions sur l’axe du Simplon qu’emprunte le nouveau tunnel du Lötschberg.

"Relance des échanges commerciaux avec l’Italie"


Un peu plus de 80 % du marché se partage entre les compagnies helvétiques BLS (privée) et CFF Cargo (filiale des Chemins de fer publics). Seul Crossrail vient perturber significativement cette double hégémonie avec une part de 13 %. Le transit ferroviaire à travers les Alpes suisses a connu une augmentation de 6,2 % en un an, à pondérer par des interruptions de ligne en 2012 : en configuration normale, sa croissance aurait été de 4 %, souligne l’Office des transports.

Baisse des camions

Le trafic a été stimulé par l’amélioration de la conjoncture. Il a profité en particulier de la relance des échanges commerciaux avec l’Italie voisine dont l’économie se redresse peu à peu : les effets se sont fait sentir à partir du second semestre, note l’Office fédéral. Mais tous modes confondus, il n’a progressé que de 1,8 %, soit un total de 38 millions de tonnes qui demeure inférieur aux années d’avant-crise. Cela signifie que la route, elle, a moins transporté en 2013 qu’en 2012 : sa baisse atteint environ 5 % en volume, à 12,9 millions de tonnes.
Le nombre de camions diminue, à 1,143 million d’unités. Mais il représente encore près de 500.000 poids lourds de trop par rapport au seuil de 650.000 camions que s’est fixé le gouvernement suisse à l’horizon 2018, comme niveau acceptable de nuisance dans le massif alpin. Un objectif pour lequel il a multiplié les mesures dissuasives depuis de nombreuses années, dont la RPLP, la redevance sur le trafic des poids lourds, la version helvétique de l’Eurovignette. Il faudrait un retournement spectaculaire pour que le pari soit gagné dans les quatre ans. Le nouveau tunnel du Gothard, pilier du transfert modal, n’entrera en service qu’en 2019 et mettra sans doute quelques temps à produire ses effets.

Hausse du trafic pour Lyria

Lyria, filiale commune de la SNCF et des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) exploitant des TGV entre la France et la Suisse, a annoncé jeudi 6 mars que son trafic global avait augmenté de 18 % en 2013. "Le chiffre d'affaires a atteint 365 millions d'euros, en progression de 13 % par rapport à l'année 2012", précise l'entreprise. Au total plus de 5,9 millions de passagers ont emprunté les TGV Lyria l'an passé, une progression de 18 % liée essentiellement à l'intégration des lignes entre Genève et le Sud de la France dans le réseau de cette filiale de la SNCF et des CFF fondée en 1993. Les lignes entre Genève et la Méditerranée, intégrées dans le périmètre de Lyria en décembre 2012 ont profité l'an passé du renouvellement du matériel, de l'aménagement de certains horaires et du statut de capitale européenne de la culture de Marseille. Depuis fin décembre, deux allers-retours entre Paris et Genève sont par ailleurs opérés en Euroduplex. Ces TGV dernière génération ont une capacité de 509 places et une vitesse de pointe de 320 km/h, offrant des informations en temps réel sur des écrans dans chaque voiture ainsi que des prises électriques dans les deux classes.

Christian Robischon

Vendredi 14 Mars 2014



Lu 762 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse