Le repreneur des trois navires SeaFrance connu en mai


Le repreneur des trois navires appartenant à l'ancienne société SeaFrance, liquidée le 9 janvier, sera connu "le 17 ou le 24 mai", a indiqué Me Philippe Brun, l'avocat des ex-salariés de la compagnie.


© SeaFrance
© SeaFrance
Le repreneur des trois navires de SeaFrance sera connu en mai, selon Me Philippe Brun. Les candidats potentiels à la reprise de ces trois navires - le "Berlioz", le "Rodin" et le "Nord-Pas-de-Calais" - doivent déposer leurs offres d'achats auprès du tribunal de commerce de Paris "le 4 mai", et la décision du juge-commissaire doit intervenir "le 17 ou le 24 mai".

200 dossiers de contestation

La société d'exploitation du tunnel sous la Manche, Eurotunnel, qui soutient le projet de reprise de SeaFrance par une Scop (coopérative ouvrière), avait déclaré en mars qu'elle allait déposer une offre dans la "deuxième quinzaine d'avril" pour les trois navires. Si celle-ci se concrétise, la Scop pourra "commencer l'exploitation des navires dès le début du mois de juillet, avec l'embauche de 500 anciens salariés pour les trois navires sur l'année qui viendra", a estimé Me Philippe Brun.
La décision du tribunal de commerce de Paris coïncidera avec une audience devant le tribunal de grande instance de Calais les 23 et 24 mai prochains, lors de laquelle quelque 200 dossiers de contestation de licenciement par d'anciens salariés seront étudiés, a rappelé l'avocat. "À ce jour, 762 ex-salariés ont décidé de contester leur licenciement, parmi lesquels 350 à 370 licenciés lors du dernier plan de sauvegarde de l'emploi", a précisé Me Brun à l'issue d'une réunion d'information du syndicat Maritime Nord (majoritaire) à Calais. Ces nouvelles requêtes "seront transmises prochainement au tribunal d'instance de Calais" et sont dirigées contre SeaFrance, filiale à 100 % de la SNCF, mais aussi contre cette dernière, a expliqué l'avocat. Elles visent "à mettre en cause la responsabilité solidaire de SeaFrance et de la SNCF" dans ces licenciements "sans cause réelle ni sérieuse", a-t-il encore dit. "Notre ambition, c'est d'arriver à 1.000 dossiers de contestation, avec les près de 250 salariés qui n'ont pas encore été licenciés. Et notre ambition suprême, c'est que tous les anciens salariés de SeaFrance soient devant le tribunal d'instance", a lancé Me Brun.

AFP

Lundi 16 Avril 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse