L'Antenne - Les transports et la logistique au quotidien


Le résultat annuel de Bolloré plombé par le pétrole


Le groupe Bolloré a publié un résultat net en fort recul pour l'exercice 2014, conséquence notamment d'un résultat financier dans le rouge en raison d'éléments exceptionnels.


© Bolloré
© Bolloré
Le bénéfice net part du groupe de Bolloré a subi une érosion de 19 % en 2014, pour atteindre 219 millions d'euros. Si son chiffre d'affaires s'est contracté de 2,3 % à la suite d'un repli de l'activité logistique pétrolière, le résultat brut d'exploitation (Ebitda) a crû de 7 %.
Le résultat net part du groupe s'était établi à 270 millions d'euros en 2013, sur un résultat net de 450 millions. Ce dernier a atteint 403 millions en 2014, après un résultat financier négatif de 85 millions d'euros. Mais l'entreprise a fait valoir que cet indice était "peu comparable à celui de 2013 (+30 millions) qui comprenait une plus-value de 109 millions d’euros sur la cession du solde de la participation dans Aegis". En outre, le résultat financier de 2014 "intègre notamment une dépréciation de 36 millions d'euros des titres Vallourec consécutive à la forte baisse de son cours de bourse", selon la même source. La société remarque par ailleurs une amélioration sur le front de sa dette, puisque son ratio d'endettement net sur fonds propres a reculé d'un point à 18 %, a-t-elle précisé.

Le pétrole subit un hiver doux

Bolloré, après l'offre publique d'échange (OPE) lancée en octobre 2014 qui lui a permis de détenir 82,5 % de Havas, a en outre manifesté son intention de remettre en vente des actions du groupe publicitaire pour maintenir leur liquidité, tout en gardant un contrôle "largement majoritaire" de celui-ci.
Bolloré a aussi rappelé qu'il avait acquis le 2 mars "40,5 millions de titres Vivendi supplémentaires au prix de 21 euros, faisant passer sa participation de 5,15 % à 8,15 %".
À  la mi-février, Bolloré avait publié un chiffre d'affaires de 10,6 milliards d'euros, en recul de 2,3 %, la branche "logistique pétrolière" qui représente plus d'un quart de l'activité s'étant contractée de 16 %, conséquence de "la baisse des prix des produits pétroliers et des volumes fortement pénalisés par des températures particulièrement clémentes".

Tangi Quemener

Vendredi 20 Mars 2015



Lu 245 fois