Le système espagnol d'embauche portuaire attaqué par Bruxelles


La Commission européenne a assigné l'Espagne en justice à cause de règles d'embauches portuaires qu'elle juge anticoncurrentielles.


© Port de Barcelona
© Port de Barcelona
La Commission européenne a renvoyé l'État espagnol devant la Cour de justice de l'UE en raison des règles relatives au recrutement de travailleurs de la manutention dans les ports d'intérêt national. C'est le système espagnol de pools de main d'œuvre qui est visé par Bruxelles. La loi interdit aux entreprises de manutention évoluant dans ces ports de recourir au marché pour recruter leur personnel mais elle les oblige à participer financièrement au capital d'entreprises privées, qui recrutent et leur fournissent la main-d'œuvre en retour. "Les entreprises de manutention de marchandises ne peuvent librement recourir au marché pour recruter du personnel que si la main-d'œuvre proposée par ces entreprises privées ne convient pas ou est insuffisante", précise la Commission, qui juge que "ces pratiques restrictives risquent de dissuader les entreprises de manutention d'autres États membres de s'établir dans les ports espagnols".

Un handicap économique

Bruxelles justifie sa position en invoquant "les dispositions du traité relatives à la liberté d'établissement". La Commission rappelle que celui-ci proscrit toute mesure nationale "qui gêne ou rend moins attrayant l'exercice de la liberté d'établissement, même si cette mesure n’introduit pas de discrimination fondée sur la nationalité".
L'existence de ces entreprises appelées SAGEP (Sociedad Anónima de Gestión de Estibadores Portuarios – société anonyme de gestion de dockers) et la participation obligatoire des manutentionnaires empêche ces derniers d'être maîtres de leurs embauches. "Par conséquent, les structures d'emploi, les politiques de recrutement et, en fin de compte, les stratégies commerciales de ces entreprises sont modifiées malgré elles", écrit la Commission.
Selon Bruxelles, cette contrainte peut être lourde de conséquences financières pour ces entreprises, ce qui constituerait un frein à l'établir de sociétés de manutention étrangères dans les ports espagnols d'intérêt général.

Franck André

Lundi 24 Juin 2013



Lu 197 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse