Le trafic annuel du GPMM supérieur de un point par rapport aux premières prévisions


En 2013, le trafic global du Grand Port maritime de Marseille (GPMM) devait reculer de 7 % avec 80,8 millions de tonnes, selon les prévisions établies début décembre. Or, les résultats annuels qui viennent d'être communiqués sont supérieurs d'un 1 point. Le port phocéen a en réalité achevé l'année sur un trafic en repli de 6 % par rapport à 2012, à 80 Mt.


La part des hydrocarbures dans le trafic du port de Marseille-Fos recule un peu plus chaque mois © GPMM
La part des hydrocarbures dans le trafic du port de Marseille-Fos recule un peu plus chaque mois © GPMM
Conformément à ce qu'ont connu en 2013 de nombreux ports européens, la crise du raffinage a continué de faire baisser le trafic global du port de Marseille-Fos. Seul le GNL échappe à cette tendance baissière. À en croire les derniers résultats livrés par la direction du Grand Port maritime de Marseille (GPMM), c'est à nouveau la filière des vracs liquides qui a pesé lourd sur les chiffres annuels.

"Seul le GNL échappe à la tendance baissière des vracs liquides"


Les prévisions de trafic de l'établissement n'étaient pas tout à fait exactes. Le mois de décembre aura donc réservé quelques surprises. Car cette filière, au lieu de terminer l'année sur une baisse de 11 %, a reculé de 12 % pour s'établir à 49,55 Mt contre 56,12 Mt en 2012. Les hydrocarbures ont continué d'être tirés vers le bas par le pétrole brut étranger destiné à être raffiné dans les unités de production européennes. Avec - 58 %, ce trafic est bel et bien le grand coupable de cette chute. En revanche, les produits raffinés, à 11,14 Mt, n'ont baissé que de 15 % alors que, selon les prévisionnistes du GPMM, ce pourcentage devait s'établir à - 20 % début décembre.
Pour le GPMM, "seul le GNL échappe à cette tendance baissière avec une hausse de 4 %" (au lieu de 9 %, NDLR). Ce trafic "résiste au bouleversement des échanges mondiaux de gaz, conséquence de la demande asiatique et de l'émergence des gaz de schiste aux États-Unis". Quant aux vracs chimiques et alimentaires, ils ont achevé l'année sur une baisse de 3 % due au plongeon de 62 % des vracs agroalimentaires que la progression des biocarburants n'a pas permis de compenser.

Concert dissonant entre les deux bassins pour le conteneur

Du côté des marchandises diverses, les prévisions de début décembre 2013 ont été revues à la baisse. Ainsi, le GPMM avait annoncé une hausse de trafic annuelle de 3 % alors qu'il n'a progressé que de 1 % pour s'établir à 17,33 Mt.
"Le segment des marchandises diverses est, comme en 2012, porté par les conteneurs et les exportations de produits sidérurgiques, mais est ralenti par la dégradation des échanges rouliers, particulièrement sensible sur la Corse (- 9 %)", constate la direction de l'établissement portuaire.
En effet, le trafic conteneurisé a progressé de 3 % pour achever l'année en dépassant la barre du million d'EVP, à 1,09 (au lieu du chiffre de 1,11 M EVP prévu) grâce à la poursuite de la progression des installations de Fos (+ 6 % avec 872.762 unités) alors que les bassins Est restent toujours à la traîne avec presque 225.000 EVP, en baisse de 4 %.
"Les échanges de marchandises conteneurisées, déjà en augmentation de 12 % entre 2011 et 2012, continuent de progresser en 2013 mais à un rythme moins soutenu, la conjoncture économique restant difficile. Le port améliore en 2013 son record du million de conteneurs, atteint l’an passé, malgré le ralentissement du terminal de Marseille (- 4%)", commente la direction du GPMM. Du côté des manutentionnaires, certains professionnels estiment de leur côté qu'il existe un paradoxe si l'on considère que Fos doit sa croissance essentiellement aux nouveaux trafics intraméditerranéens mais pas aux échanges intercontinentaux. En effet, parmi les cinq nouvelles lignes arrivées cette année dans les bassins Ouest, on garde en mémoire celles d'un armateur turc et d'un service vers Israël. De quoi susciter des querelles tarifaires entre l'opérateur de Mourepiane (MET) et ses deux concurrents des bassins Ouest (Eurofos et Seayard).
De son côté, le roulier a achevé l'année sur une activité frôlant les 4 millions de tonnes, en baisse de 6 %. Le nombre de remorques (qui s'est élevé à 170.000 unités) a reculé de 5 %. Enfin, dans le secteur du conventionnel (+ 1 %, 2,62 Mt), la hausse du trafic a été portée par la bonne santé de l'industrie sidérurgique à Fos.
L’activité vracs solides est, parmi les marchandises traitées au port de Marseille Fos, "celle qui a connu la plus belle progression en 2013 avec 7 % et un trafic supérieur à 17 Mt", se félicite le GPMM. Un résultat annuel qui repose, selon l'établissement, sur "le dynamisme d'ArcelorMittal" qui a entraîné une hausse de l'import de houille mais aussi du minerai de fer.
Enfin, le port de Marseille-Fos a soldé l'année sur un trafic passagers en hausse de 7 % avec 2,62 millions de voyageurs. Comme les années précédentes, cette croissance est due à la forte progression de la croisière (+ 31% avec 1,17 million au lieu des 24 % prévus en décembre), dont + 17 % pour la tête de ligne. Des chiffres qui ont réduit l'impact du recul de la ligne régulière (- 6 %), dû au trafic avec la Corse et le Maghreb. Le conflit de la SNCM et les conséquences du printemps arabe ont eu un poids sur les chiffres du port de Marseille-Fos, reconnaît-on à l'intérieur des grilles du port.

Vincent Calabrèse

Mercredi 22 Janvier 2014



Lu 388 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse