Le trafic cumulé du GPMM en recul de 5 %


Le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) a accusé au mois de septembre une baisse de trafic de 12 %. En un an, l'activité mensuelle est passée de 7,2 millions tonnes à 6,3 Mt en raison notamment d'une chute de presque 25 % des hydrocarbures. En cumul depuis le début de l'année, le trafic sur les trois premiers trimestres a totalisé 60,65 Mt, en recul de 5 % par rapport à à la même période de 2012. Explications...


© GPMM
© GPMM
Tout comme ses confrères européens qui ont vécu pendant des dizaines d'années sur la manne pétrolière, le port de Marseille-Fos continue de voir s'effriter le secteur des vracs liquides en raison de la chute des hydrocarbures. La progression des vracs solides et des marchandises diverses conteneurisées ne parvient pas à compenser cette tendance lourde du marché.
Ainsi, en septembre, le recul de 11,9 % provient de la chute de 22,8 % des vracs liquides, qui se sont chiffrés à 3,57 Mt (contre 4,62 Mt en septembre 2012) en raison du recul des hydrocarbures de 24,8 %, à 4,6 Mt. Le brut national a plongé de 43,6 %, passant de 2,5 Mt en septembre 2012 à 1,4 Mt le mois dernier. Frôlant 990.000 tonnes, les produits raffinés ont augmenté de 14,6 %. Le GNL, pour sa part, a baissé de 12,6 %. Quant au GPL, il a reculé de 14,6 %.

"Les vracs solides et les diverses en progression"


À l'inverse, les vracs solides ont achevé le mois de septembre sur une hausse de 7,4 %, à 1,2 Mt. Cette progression a été portée par le secteur de la sidérurgie qui a bondi de 28,7 %.
Autre secteur qui continue de traverser une embellie, les marchandises diverses. À 1,47 Mt, cette filière a augmenté de 7,6 % par rapport à septembre 2012 grâce à la hausse de 9,1 % du nombre d'EVP (94.487). En revanche, le roulant a baissé de 10,4 % à 316.000 tonnes, soit quelque 12.000 remorques. De son côté, le conventionnel s'est bien porté puisqu'il a augmenté de 25 % à 230.500 tonnes.
Enfin, les passagers ont évolué de 3,5 %, passant de 313.200 en septembre 2012 à 323.800 cette année en raison de la bonne tenue de la croisière.

Les hydrocarbures plombent les trois trimestres de 2013

En cumul depuis le début de l'année, les neuf premiers mois affichent un recul de 5 %. L'activité, qui s'élevait à 64,18 Mt, a perdu presque 4 Mt pour chiffrer à fin septembre 60,65 Mt.
Les flux à l'import ont baissé de 7 %, à 44, 7 Mt. À l'export, ils n'ont diminué que de 2 % pour s'établir à 15,9 Mt.
C'est la filière des vracs liquides, en baisse de 11 % à cause des hydrocarbures, qui a tiré les tonnages globaux vers le bas. Le secteur est passé en un an de 42,48 Mt à 37,64 Mt. Les produits raffinés ont reculé de 23 %. Ils sont descendus à 7,8 Mt alors qu'ils dépassaient il y a un an la barre des 10 Mt en raison de la mauvaise conjoncture et du prix du carburant, explique Jean-Claude Terrier, le directeur général du GPMM. Mais ceci n'est rien comparé à l'effondrement du brut étranger, qui a plongé de 65 %, s'établissant à peine aujourd'hui à 2 Mt, en raison de la crise persistante du raffinage. Le SPSE s'est en effet arrêté en août 2012. Pour sa part, le gaz n'est pas un trafic de compensation puisque le GPL a reculé de 10 %, à 1,44 Mt, tandis que le GNL n'a progressé que de 9 % à 4,4 Mt.
De leur côté, les vracs solides ont marqué une progression soutenue au cours des trois trimestres de l'année puisqu'ils ont achevé septembre sur un trafic cumulé en hausse d'un millier de tonne, passant de 8,85 Mt à 9,85 Mt grâce à la bonne santé de la branche sidérurgique.
Quant aux marchandises diverses, elles ont augmenté de 2 %, à 13,15 Mt contre 12,84 Mt en 2012. La direction du GPMM relève une hausse de 5 % du nombre d'EVP. L'établissement a donc traité en cumul depuis janvier plus de 828.000 boîtes, dont presque 416.000 à l'import et un peu plus de 412.000 EVP à l'export. Pour sa part, le roulier a baissé de 7 % pour s'approcher de la barre des 128.000 remorques, dont plus de 63.000 à l'import et 64.000 à l'export.
Les professions portuaires confirment dans le secteur du conteneur le déséquilibre qui persiste entre les deux bassins du GPMM, en défaveur des bassins Est.
Aujourd'hui, reste à savoir ce que réservera le dernier trimestre de l'année pour les installations portuaires de Marseille-Fos en matière de trafic.

Vincent Calabrèse

Jeudi 10 Octobre 2013



Lu 32 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse