Le trafic décline à Bayonne avec la fin du bois de tempête


Avec la perte quasi totale de son trafic exceptionnel de bois de tempête, le port de Bayonne a vu son activité diminuer de 12,2 % en 2012. Les autres segments se sont plutôt bien comportés, compensant la fermeture de deux usines au cours des cinq dernières années.


© Port de Bayonne
© Port de Bayonne
Le port de Bayonne a retrouvé en 2012 un trafic conforme à ses tonnages antérieurs à la tempête Klaus. Ce retour à la normalité se traduit par une chute de 12,2 % de son activité, qui a atteint 3,27 millions de tonnes. Le fort coup de vent qui avait traversé le Sud-Ouest le 24 janvier 2009 avait généré un trafic exceptionnel de bois pour le port basque, gonflant son tonnage durant trois exercices, aidé par une attaque d'insectes xylophages (scolytes).
Après avoir connu leur apogée en 2010 avec 1 million de tonnes, les exportations de grumes de pin des Landes ont culminé à 110.780 tonnes en 2012. Ce segment a perdu 484.044 tonnes comparé à 2011, un total supérieur à la perte globale du port sur l'année (454.619 tonnes), signe du maintien des autres trafics.

Progression des vracs sidérurgiques

La direction de l'établissement souligne que "les exportations de bois tempête depuis 2009 ont masqué, jusqu’en 2011, la perte des trafics due à la fermeture du site de stockage d’hydrocarbures de la raffinerie du Midi à Boucau en 2007 et à celle de l’usine Célanèse à Pardies en 2009", qui exportait de l’acide acétique et d’acétate de vinyle monomère. La perte totale s’élève à un million de tonnes, selon le port. Les autres segments ont donc progressé au cours de cette période.

"Les bois de tempête ont masqué jusqu'en 2011 la perte d'autres trafics"


Les ferrailles et les billettes, les trafics les plus importants en volume, ont globalement progressé (1,56 Mt, + 1,2 %). Les premières, dépendantes des importations de l’aciérie Celsa, ont gagné 8,4 % en 2012 pour atteindre 674.705 tonnes. Quant aux secondes, conditionnées aux exportations de la même aciérie, elles ont reculé légèrement de 3,2 %, à 881.845 tonnes.
Autre segment phare du port, celui des engrais a redémarré l'année dernière. Sa croissance a atteint 22,5 % avec 525.399 tonnes de trafic. Cette performance découle de l'activité du Timac Agro, entreprise du groupe Roullier située dans le Tarn, qui tient lieu de plate-forme d’éclatement. Dernier trafic significatif de vracs solides, les exportations de maïs ont enregistré un fort recul de 24 %, à 279.205 tonnes.

Énergie : des tendances opposées

Du côté des liquides, le port a pu constater en 2012 une "légère reprise dans les sorties de pétrole brut", qui ont terminé à 141.777 tonnes (+ 6,4 %). Les importations de produits raffinés sont, elles, restées quasi identiques, avec 71.380 tonnes, contre 71.267 en 2011. Le port rappelle que le site de stockage de la raffinerie du Midi importait chaque année plus de 400.000 tonnes depuis la raffinerie de Donges. Parmi les dérivés de pétrole, les importations de bitume, liées aux chantiers routiers, ont reculé de 33,4 %, à 26.659 tonnes.
Deux tendances contraires complètent le panorama des vracs liquides. Les exportations de soufre liquide ont augmenté de 4,1 %, à 169.960 tonnes. La production sur le site de Lacq sera définitivement arrêtée à fin 2013 mais le port prévient que le site Sobegi d’Anglet aura lancé à ce moment-là ses importations de soufre solide. Ce dernier sera fondu sur place pour être réexpédié sous forme liquide par mer et par rail.
Les produits chimiques ont poursuivi leur baisse en 2012, avec un trafic de 146.251 tonnes (- 21,2 %), en grande partie du fait de l'effondrement du bioéthanol, qui a perdu 38 %, à 59.633 tonnes.
Parmi les autres produits, le port signale l’émergence d’un nouveau trafic avec l’importation en 2012 de 90.901 tonnes de quartz depuis La Corogne. D'autre part, l'an dernier, Celsa a exporté vers ce port les billettes produites dans son usine avec son navire "Andrea Añon".

Franck André

Lundi 18 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse