Le tribunal de commerce offre deux mois de sursis à SeaFrance


Face à des offres de reprises jugées insuffisantes, le tribunal de commerce de Paris a placé hier la compagnie de ferries SeaFrance en liquidation judiciaire mais lui a laissé une dernière chance de trouver un sauveur.


© E. HOURI
© E. HOURI
La société qui assure la liaison Calais-Douvres voit son activité maintenue jusqu'au 28 janvier 2012, selon le jugement du tribunal. La date de remise d'offres de reprises éventuelles est fixée au 12 décembre. Deux repreneurs étaient en lice mais aucune des offres n'a convaincu les juges.
La première émanait de Louis Dreyfus Armateurs (LDA), associé au groupe de ferries danois DFDS. Elle prévoyait la sauvegarde de 460 emplois équivalents temps plein, une renégociation de nouveaux accords collectifs "défavorables aux salariés" selon le tribunal, le maintien de SeaFrance sous pavillon français, la reprise de trois navires pour 5 millions d'euros et un investissement de 50 millions. Les salariés étant opposés à cette proposition, "il y a donc un risque de conflit social grave", ont estimé les juges. Pour eux, le prix de reprise pour les bateaux étaient trop bas par rapport à leur valeur réelle et le fait que l'offre soit suspendue à l'accord de l'Autorité de la concurrence faisait peser une incertitude trop grande.
L'autre projet présenté par la CFDT, syndicat majoritaire chez SeaFrance, de créer une Scop (Société coopérative et participative) a aussi été recalé, le tribunal estimant ne pouvoir "adopter un plan dont le financement est inexistant".

Soulagement des salariés

L'avocat de la Scop, Me Fouad Barbouch, s'est dit hier convaincu qu'une reprise par les salariés était encore possible. "La seule chose qui manque c'est le financement nécessaire au démarrage. Il faut 20 millions pour démarrer et on espère que les Pouvoirs publics interviendront enfin dans ce dossier", a-t-il dit. Message reçu par le ministre des Transports, Thierry Mariani, qui a déclaré vouloir rencontrer les responsables de la Scop sous dix jours "pour voir comment on peut éventuellement travailler ensemble". Louis Dreyfus Armateurs n'était pas en mesure de dire s'il allait maintenir son offre ou non.

«Thierry Mariani va rencontrer les responsables de la Scop sous dix jours»



La décision du tribunal de commerce a été accueillie avec joie par les salariés de SeaFrance, qui emploie 880 personnes en CDI et 200 en CDD selon les saisons. "C'est un grand soulagement pour tous les marins, avec le sentiment toutefois que nous avons encore plus de responsabilités maintenant sur les bras", a déclaré Didier Cappelle, secrétaire du syndicat CFDT maritime. Les relations entre direction et syndicats s'étaient encore tendues mardi avec la décision de la compagnie de laisser à quai ses bateaux, disant craindre pour la sécurité des passagers et du personnel, tandis que certains syndicalistes avaient menacé de faire couler des navires. Alors que les accès au port restaient complètement fermés au public par les policiers, les responsables syndicaux étaient partis à la rencontre des marins restés à bord des bateaux bloqués à quai par la direction pour les informer des derniers développements.
SeaFrance, seule compagnie française à assurer la liaison Calais-Douvres face à la britannique P&O, souffre de la concurrence du tunnel sous la Manche ouvert en 1994. La crise économique de 2008-2009 lui avait porté un coup supplémentaire, l'obligeant à supprimer plus de 700 emplois en 2010 et à être placée en redressement judiciaire.

Laure Fillon

Mercredi 16 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse