Le vol de métaux, plaie des entreprises


Les vols de métaux explosent et sont une nuisance pour les entreprises, comme la SNCF, et les biens de l’État, selon une étude inédite sur le sujet de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).


© RFF/Capa/William Daniels (Toma)
© RFF/Capa/William Daniels (Toma)
Cette étude a été réalisée essentiellement à partir des données de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) mais aussi celles de la SNCF, de Réseau de transport d’électricité (RTE) et ERDF particulièrement concernés par ce fléau. Le vol de métaux a explosé en France ces dernières années en raison de la hausse continue des cours et de la facilité a perpétrer ces vols. L'année 2010, qui sert de référence à l'ONDRP, a été un pic puisque plus de 10.000 vols de métaux ont été recensés contre un peu plus de 6.000 en 2007. Ces vols ne sont pas comptabilisés par les statistiques officielles en tant que telles, observe l'ONDRP, mais c'est un "phénomène criminel dont les préjudices, au regard du gain obtenu par les auteurs, apparaissent sans commune mesure". L'observatoire pointe le "coût des réparations" qu'ils engendrent ainsi que les "retards de trains, coupures d'électricité" voire la "mise en danger de la vie des employées" ou des "voyageurs".
Les "grandes entreprises nationales" sont "particulièrement concernées" tant par le "nombre que les préjudices et leurs conséquences", relève encore l'étude. En 2010, la SNCF a ainsi recensé à elle seule 3.350 vols de métaux soit + 181,5 %, par rapport à 2009, pour un préjudice estimé par elle à 30 millions d'euros. Et plus de 5.800 heures de retards des trains... À 48 % ce sont des vols de câbles électriques et les trois quarts ont lieu sur les lignes de circulation des trains la nuit. RTE et ERDF ont enregistré, pour leur part, toujours en 2010, 800 vols pour un préjudice estimé, par eux, à quelque 15 millions d'euros dont plus de 12 millions rien que pour RTE victime en majorité de vols de cuivre. Rouen, Lille, Bordeaux, Narbonne, Béziers ou Toulon sont des zones SNCF où se sont concentrés les vols, les seules lignes épargnées étant celles du centre de la France et le Nord-Ouest.

Rémy Bellon

Mercredi 20 Juin 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse