Les 10 milliards de tonnes à l'horizon


Publiée le 14 octobre, la Review of Maritime Transport 2015 de la Cnuced évalue à 3,4 % la croissance mondiale du transport maritime l'an passé, et à 3,5 % celle de la flotte de commerce. Le pavillon panaméen et les intérêts grecs dominent toujours le secteur, tandis que l'Asie arrive en tête des régions les mieux desservies par les services réguliers. Avec la connexion de l'Afrique, le secteur est invité à faire sa révolution écologique.


Le "CMA CGM Bougainville" © CMA CGM
Le "CMA CGM Bougainville" © CMA CGM
Quasi identique à 2013, la croissance du transport maritime mondial en tonnage s'élève à 3,4 % en 2014. Au total, 9,84 milliards de tonnes ont navigué sur les mers et océans l'an passé au moyen d'une flotte de 89.464 navires de plus de 100 UMS* proposant une capacité de 1,75 milliard de tonnes de port en lourd. D'un côté, le développement du transport maritime est supérieur à l'augmentation du PIB mondial (2,5 % en 2014). De l'autre, la croissance de la flotte affiche le taux le plus bas de ces dix dernières années. Selon l'État du pavillon, le Panama domine les débats avec, à lui seul, 20 % de la flotte mondiale, suivi des pavillons du Liberia (11 %), des îles Marshall (10 %), de Hong Kong (8 %) et de Singapour (6 %).  Cette ventilation n'est toutefois pas représentative de la nationalité réelle des propriétaires de navires. Malgré ses difficultés économiques, la Grèce demeure le premier pays armateur au monde. Plus de 16 % de la flotte de commerce est ainsi détenue ou contrôlée par des intérêts grecs devant les entrepreneurs japonais (13 %), chinois (9 %), allemands (7 % ) et originaires de Singapour (4 %). Ensemble, ces cinq pays pilotent la moitié de la flotte mondiale en port en lourd avec une montée en puissance continue des intérêts asiatiques : "Cinq des dix premiers pays sont originaires d'Asie, quatre d'Europe et un de l'Amérique (Les États-Unis, NDLR)", précise la Cnuced.

Une surcapacité bénéfique ?
 
De plus d'une centaine de pages, l'édition 2015 "Review of Maritime Transport", actualise l'indicateur Liner Shipping Connectivity Index qui précise la densité des services maritimes réguliers desservant chaque pays. La Chine apparaît au cœur du réseau mondial des lignes régulières devant Hong Kong, la Corée du Sud, la Malaisie et l'Allemagne.

"Nécessité de ruptures pour diminuer la dépendance aux énergies fossiles"


D'autres chiffres témoignent de la concentration de l'offre sur le marché de la ligne régulière conteneurisée. Si la capacité des armateurs a triplé entre 2004 et 2015, leur nombre s'est contracté de 29 % sur la période. Interpellant la Cnuced sur le fonctionnement du marché à moyen terme, cette tendance serait appelée à se poursuivre. Début 2015, les trois premiers armements possédaient 35 % de la flotte conteneurisée en capacité, les dix premiers 61 % et les vingt premiers 83 %. Si, d'un côté, l'organisation internationale met en garde contre la surcapacité du secteur corrélée avec l'augmentation continue de la taille des porte-conteneurs, de l'autre, elle en souligne les bénéfices. Le "trop-plein" de navires est considéré comme un moyen de "soutenir la reprise du commerce mondial sans risque de pénurie de capacité et à un coût toujours plus compétitif".

Enjeux environnementaux

Parmi les défis posés au transport maritime, la Cnuced souligne "la nécessité de ruptures" pour diminuer la dépendance des systèmes de propulsion des navires aux combustibles fossiles. "Investir dans des mesures d'efficacité énergétique, les énergies alternatives" ainsi que " dans des pratiques opérationnelles et de gestion plus durables, est indispensable face aux enjeux du changement climatique"... sachant que le mode assure 80 % des échanges mondiaux en volume. Un autre défi concerne la connexion de certaines régions du monde comme l'Afrique et l'Océanie. En raison de déséquilibres de flux, de l'insuffisance des réformes portuaires locales ou des infrastructures de transport terrestre, les pays situés sur ces continents paieraient entre 40 à 70 % plus cher leur transport maritime pour leurs échanges commerciaux.

* Universal Measurement System : unité de jauge d'un navire

Érick Demangeon

Jeudi 22 Octobre 2015



Lu 616 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse