Les Chinois débarquent sur l'ex-base de l'Otan de Châteauroux


L'ancienne base militaire de l'Otan à Châteauroux est au cœur d'une vaste zone d'aménagement franco-chinoise, EuroSity, consacrée à l'éducation et la formation, à la logistique et à l'industrie, et dont la première pierre a été posée mercredi 11 juin.


© EuroSity
© EuroSity
À proximité du tarmac hérité de la base aérienne, qui peut accueillir les plus gros avions porteurs existants, les autorités locales ont imaginé voici cinq ans de créer un pôle de développement pour attirer les investisseurs chinois. Au côté de zones dédiées à la logistique et à l'industrie, un pôle d'enseignement supérieur international pourra accueillir à terme 6.000 à 8.000 étudiants. Pour valoriser les 460 hectares d'EuroSity à Ozans (commune d'Etrechet), l'agglomération de Châteauroux a déjà investi 11 millions d'euros et prévoit d'apporter 90 millions au total. Le Conseil général de l'Indre a mis la main à la poche pour 15 millions d'euros. Les autorités locales escomptent récupérer leur mise, sur quinze ans, à hauteur de 80 à 85 millions d'euros grâce à la vente de terrains à l'opérateur SFECZ, filiale sur place du groupe de promotion immobilière Beijing Capital Land (du fonds d'investissement de la municipalité de la capitale chinoise, Beijing Capital Group).
Les "esprits chagrins qui taxaient le projet de chimère" n'ont pas manqué, rappelle Gil Avérous, le maire de Châteauroux et président de son agglomération. Les partenaires du projet ont choisi le 11 juin, jour du 50e anniversaire de la reconnaissance par la France de la République populaire de Chine pour poser la première pierre d'EuroSity. Le premier bâtiment de 4.500 m2 de bureaux doit commencer à sortir de terre en juillet pour être mis en service en janvier 2016. Quant aux premiers étudiants, ils pourront être accueillis à Châteauroux dès la fin de cette année. EuroSity veut en effet se développer autour de trois secteurs dédiés à la formation et l'éducation, à la logistique grâce à l'aéroport de Châteauroux, à sa position centrale et à sa proximité de Paris, et à l'industrie notamment pour l'électronique, les équipements de télécommunications et les énergies nouvelles.

Recrutements locaux

EuroSity "ambitionne d'être l'un des principaux catalyseurs de la coopération entre les entreprises chinoises, françaises et européennes", a indiqué Gil Avérous qui en attend une "relance économique" dans une région sinistrée. Les employés de la future plateforme sino-européenne devraient être recrutés localement à 80 %, a-t-il souligné. "Notre longue marche est loin d'être terminée", a cependant averti le maire de Châteauroux. La Sino-France Economic Cooperation Zones (SFECZ) a déboursé d'ores et déjà 3,3 millions d'euros pour acquérir deux parcelles de la zone. L'opérateur prévoit d'investir 20 millions d'euros pour 2014, et environ 200 millions "sur cinq à huit ans", a indiqué son président, M. Wang Shouyu.
Dans la corbeille, les Chinois ont apporté mercredi 11 juin un accord avec le groupe de télécommunications Huawei, qui assurera dans un premier temps la fourniture de services à la plateforme avant d'y installer un centre de formation pour l'Europe, une plateforme logistique et un centre de recherche et développement. Le groupe chinois Sanei (ascenseurs) a de son côté choisi Châteauroux pour y implanter son "show-room" européen, et projette d'y installer à terme un centre de formation/recherche et développement et une plateforme logistique pour pièces détachées. Le groupe de formation Aformac a également décidé de se joindre à l'aventure pour mettre en œuvre des échanges d'étudiants et de professionnels, et mettre en place des cursus communs chinois, français et européens. EuroSity doit permettre aux entreprises chinoises de rapprocher leurs lieux de production et leurs services après-vente du marché européen, et de développer des partenariats, selon SFECZ. Elle doit aussi faciliter les partenariats commerciaux et en recherche et développement et renforcer leurs capacités d'exportation vers la Chine, espère l'opérateur chinois.

Denis Rousseau

Jeudi 12 Juin 2014



Lu 462 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse