Les EMR, un marché à fort potentiel


L'avenir du mix énergétique mondial suppose une meilleure exploitation des ressources maritimes. Au cœur du "Rendez-vous de l'assurance transport" organisé mi-mai à Paris par le Cesam, cet enjeu est à l'origine de nouveaux risques à couvrir, imposant des solutions innovantes fondées sur une double expertise industrielle et maritime. À l'image des énergies marines renouvelables, la réponse à ces nouveaux besoins pose une série de défis.


Si elles ne représentent aujourd'hui que 0,15 % de la production électrique mondiale, les énergies marines renouvelables sont appelées à se développer dans le mix énergétique sur tous les continents. En témoignent les 130 milliards d'euros de projets recensés dans la filière ces vingt prochaines années par Patrick de la Morinerie. Soit un potentiel de primes d'assurance de l'ordre de 1,3 milliard d'euros par an ! À ce titre, "les EMR peuvent constituer une branche d'assurance à part entière dont le risque principal est lié à leur environnement maritime", ajoute le directeur général adjoint d'Axa Corporate Solutions.

"130 milliards d'euros de projets EMR ces vingt prochaines années"


Moins les systèmes de production utilisés qui, à l'image des turbines d'éoliennes, reposent sur des techniques éprouvées, les risques associés aux EMR renvoient en effet à une dimension maritime "mal maîtrisée par la plupart des industriels présents sur ce marché", constate Alain Le Guillard, directeur des opérations de Louis Dreyfus Armateurs. "Par ignorance, les risques maritimes sont sous-estimés dans les projets EMR, et imposent en amont des projets un rapprochement entre armateurs qui possèdent cette expertise et industriels pour les anticiper". Avec la prise en compte du trafic maritime sur les champs de production, cette expertise vise notamment à optimiser les chaînes logistiques à travers, par exemple, le choix des outils de navigation, pour la pose des câbles et de manutention les mieux adaptés aux conditions d'installation et d'exploitation des EMR. S'inspirant du cas Airbus, "la relation armateur-industriel dans la définition de la chaîne logistique et de ses composants est essentielle", formations, qualifications et sécurité des équipages incluses.

Approches sur mesure

Face à cette complexité, les professionnels de l'assurance transport semblent les mieux placés pour répondre et couvrir les nouveaux défis posés par le marché des EMR, selon Stanislas Chapron, président du directoire de Marsh France. "L'assurance transport conjugue déjà une solide expérience dans le maritime et dans l'industrie". Un avis partagé par Christophe Parizot, directeur du pôle Grandes Entreprises du cabinet Bessé, à l'origine d'une police originale pour couvrir les projets EMR : "La couverture de ces projets ne consiste pas à transposer une assurance tout risques chantier classique. Elle nécessite des approches nouvelles". Si les assureurs spécialisés dans les transports s'accordent sur la nécessité de s'organiser pour croiser ce nouveau marché, ils devront pour cela évaluer les coûts des éventuels sinistres faute de recul, d'études ou d'historiques suffisants pour l'heure. Sur la courte histoire des EMR, il semble toutefois que le raccordement des installations aux réseaux terrestres et le câblage soient, aujourd'hui, leur talon d'Achille... en attendant de connaître la tenue des installations dans le temps.

Innovations dans le gaz et le pétrole

Avec les enjeux des EMR, le "Rendez-vous de l'assurance transport" a souligné également les besoins croissants des autres filières énergétiques. Responsable du département Techniques avancées chez Total, Pierre Montaud a ainsi listé quelques innovations maritimes à très court terme dépassant toutes le milliard d'euros d'investissement et/ou de risques à couvrir. Au cours des trois prochaines années, les premières usines de liquéfaction de gaz offshore seront ainsi mises en service ainsi que les premiers méthaniers brise-glace et transporteurs de gaz compressé ou, encore, les premiers tankers à positionnement dynamique. Citant également la robotique sous-marine, l'intervention de Pierre Montaud puis celle de Charles-Henri Prou, risk manager chez Technip, ont souligné le lien de plus en plus étroit entre les secteurs de l'énergie et maritime à l'origine de nouvelles attentes en termes d'assurance.

Érick Demangeon

Vendredi 30 Mai 2014



Lu 965 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse