Les États-Unis affichent leur fermeté dans le détroit d'Ormuz


En pleines négociations sur le nucléaire et sur fond de conflit au Yémen, Washington a joué la fermeté face à Téhéran et déployé des navires de combat dans la zone stratégique du détroit d'Ormuz, après l'arraisonnement d'un porte-conteneurs par les militaires iraniens.


Mardi 28 avril, l'Iran a arraisonné le "Maersk Tigris" dans le détroit d'Ormuz
Mardi 28 avril, l'Iran a arraisonné le "Maersk Tigris" dans le détroit d'Ormuz
À moins de deux mois de la date-butoir du 30 juin que l'Iran et les grandes puissances se sont fixée pour arriver à un accord sur le programme nucléaire de la République islamique, Washington ne peut pas se permettre une réponse trop faible, juge Alireza Nader, expert sur l'Iran au centre de réflexion américain Rand corporation. "Les États-Unis devaient démontrer que les eaux du détroit sont sûres et ouvertes au commerce international", ajoute-t-il. L'axe crucial du détroit d'Ormuz, qui fait la jonction entre le Golfe et la mer d'Oman, voit en effet passer 30 % du commerce maritime de pétrole mondial.
Or, mardi 28 avril, l'Iran a arraisonné dans le détroit le "Maersk Tigris", un porte-conteneurs aux couleurs du géant danois du transport maritime et battant pavillon des îles Marshall. La semaine précédente, dans la même région, un autre porte-conteneurs, le "Maersk Kensington", battant pavillon américain, a été "harcelé" quinze à vingt minutes par des bateaux militaires iraniens. En conséquence, après un autre épisode de tensions navales fin avril au large du Yémen entre Iraniens et Américains, Washington a annoncé jeudi 30 avril que ses navires de combat "accompagneraient" les bateaux de commerce américains dans le passage du détroit large d'un peu plus de 30 km, et bordé par l'Iran au nord. Le lendemain, le Pentagone a indiqué que des discussions étaient en cours avec d'autres pays, non précisés, pour qu'ils bénéficient de cette protection de la Marine américaine.
Beaucoup de pays de la région et "surtout l'Arabie saoudite s'inquiètent des conséquences d'une possible levée des sanctions", dans la foulée d'un accord final sur le nucléaire, craignant "un Iran plus agressif" dans la région du Golfe, explique Alireza Nader. Les États-Unis ont probablement voulu démontrer qu'ils sont "sérieux dans leur volonté de garantir la sécurité de la région", relève-t-il. Mais tout en affichant leur force, les États-Unis ont conservé une certaine mesure. Le Pentagone a expliqué que la Marine "accompagnait" les navires sous sa protection. Elle ne les "escorte" pas. Ce terme est militairement plus connoté et pourrait rappeler les périodes de forte tension qu'a déjà connues le détroit d'Ormuz.

De nombreux précédents

Les États-Unis et l'Iran se sont en effet déjà livrés à plusieurs bras de fer sur la libre circulation dans le détroit. En 1987, Ronald Reagan avait proposé de faire passer sous pavillon américain les pétroliers koweïtiens et de leur fournir une escorte militaire, alors que l'Iran en guerre contre l'Irak les attaquait pour cause de transport de pétrole irakien. En 1988, des affrontements avaient opposé des navires de combat américains à des navires iraniens. Au moins trois vedettes iraniennes avaient été coulées. Fin 2011, avec le durcissement des sanctions économiques internationales, l'Iran avait fait planer le spectre d'une fermeture du détroit et provoqué un pic de tension avec Washington.
Aujourd'hui, les raisons de la saisie du "Maersk Tigris" par Téhéran restent encore mal établies. "Ce n'est peut-être pas un message politique" de Téhéran, même si beaucoup dans la région ne manqueront pas de l'interpréter comme tel, estime Alireza Nader. "Nous ne sommes pas forcément au bord d'une confrontation", ajoute-t-il. Les Iraniens ont justifié l'arraisonnement par une décision de justice d'une cour d'appel iranienne, suite à un litige commercial entre Maersk et une société iranienne, rappelle-t-il. Les tensions dans le détroit d'Ormuz succèdent à un autre jeu du chat et de la souris naval irano-américain au large du Yémen. Le 20 avril, les États-Unis avaient envoyé leur porte-avions Roosevelt et un bateau lance-missiles près du golfe d'Aden, alors que s'approchait un convoi de bateaux iraniens soupçonné par le Pentagone d'apporter des armes aux rebelles chiites du Yémen, en violation d'un embargo de l'ONU. Le convoi iranien avait fait demi-tour quelques jours après.

Laurent Barthelemy

Lundi 4 Mai 2015



Lu 132 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse