"Les Gens de mer" espèrent trouver un repreneur


L'Association pour la gestion des institutions sociales maritimes (Agism), qui gère les sept hôtels "Les Gens de mer", a été placée en liquidation judiciaire, avec un délai de trois mois pour trouver un repreneur.


L'Agism totalise aujourd'hui 95 salariés © Les Gens de mer
L'Agism totalise aujourd'hui 95 salariés © Les Gens de mer
Les hôtels "Les Gens de mer", en liquidation judiciaire depuis jeudi 10 mars, espèrent trouver un repreneur. "Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a placé "Les Gens de mer" en liquidation judiciaire, avec une prolongation de l'activité de trois mois, le temps que l'administrateur judiciaire, Me Philippot, puisse recevoir les offres d'éventuels repreneurs", a expliqué Alain Guigonis, secrétaire général de l'Agism. Les repreneurs éventuels ont jusqu'au "19 mai" pour se manifester, avant "l'examen des offres lors d'une audience au TGI de Paris fixée au 16 juin prochain", a-t-il détaillé.

Institution créée en 1946

Les hôtels-restaurants portuaires "Les Gens de mer" sont une institution créée en 1946 afin d'accueillir, pour un coût modique, les marins en escale, français et étrangers, et leurs familles, conformément à une longue tradition maritime. Ils se sont depuis 1999 ouverts à tous types de clientèle, mais la situation de certains établissements est précaire, en raison d'une fréquentation en chute et de la perte de la subvention historiquement versée par l'État, via l'Établissement national des invalides de la Marine (Enim) et la Direction des affaires maritimes (DAM). L'Agism totalise aujourd'hui 95 salariés, contre 130 il y a deux ans. "Nous serons très attentifs au devenir de tous les salariés. Aucun salarié ne doit se trouver sans une solution digne en termes d'emploi, de formation et de reclassement et nous encourageons la reprise de l'activité, avec l'espoir qu'il y ait des repreneurs", a déclaré un porte-parole de la CGT des Marins du Grand Ouest.
En mai 2013, l'Agism avait été placée en redressement judiciaire, avant que le TGI de Paris n'apporte une lueur d'espoir en validant un plan de continuation en janvier 2015, incluant notamment une hausse d'activité de 8 %. Mais "l'association n'a pas pu payer le premier dividende de ce plan, l'amenant à la liquidation judiciaire", a regretté Alain Guigonis.

AFP

Vendredi 11 Mars 2016



Lu 367 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse