Les KG allemands battus en brèche par les armateurs non opérateurs


La part des armateurs allemands de type KG kommanditgesellschaft (KG) sur le front de la construction navale internationale est passée entre 2009 et 2013 de 26 à 2 %. Pendant ce temps, les armateurs non opérateurs (NOO) ont gagné du terrain, passant de 25 à 40 % des nouvelles commandes.


© Foss
© Foss
En matière d'investissement dans l'outil naval de ligne régulière, le recul des armateurs allemands commandites (kommanditgesellschaft-KG) n'a pas eu d'impact sur le volume des carnets de commandes mondiaux, estime le consultant Alphaliner. Depuis la crise financière de septembre 2008, symbolisée par la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, pas moins de 445 porte-conteneurs, soit une capacité de plus de 3.000 EVP, sont venus gonfler l'offre de transport mondiale. Ce volume représente 18,4 % de la flotte conteneurisée actuelle.
Selon les estimations des analystes, bien que les commandes passées auprès des chantiers navals entre février 2009 et février 2013 ne représentent que la moitié du volume enregistré entre 2006 et 2008, les derniers navires neufs continuent d'alourdir un marché déjà en surcapacité. D'ailleurs, 5 % de la flotte actuelle sont en inactivité, souligne le cabinet de consultants, ajoutant que les livraisons continueront de s'étaler jusqu'en jusqu'en 2014, en raison des retards prévus.
En matière de volumes de capacités commandées depuis 2009, les armateurs non opérateurs (NOO) traditionnels tels que Zodiac (le groupe créé par Sammy Ofer à Londres, à la tête de Zim) et le canadien Seaspan restent en tête. Ils ont respectivement commandé depuis 2010 une capacité représentant 234.000 EVP et 180.000 EVP. Ils sont rejoints par le grec Enesel SA, qui a financé notamment une commande dix porte-conteneurs de 13.800 EVP pour le compte du taïwanais Evergreen et quatre unités de 9.800 EVP pour l'allemand Hambourg Süd.

"Zodiac et Seaspan ont commandé le plus gros volume"


Ces trois premiers sont suivis du constructeur chinois de conteneurs CIMC, venu rejoindre le monde des nouveaux armateurs, en finançant dix unités cellularisées pour le compte du français CMA CGM. À la cinquième place, figurent le groupe allemand Schulte et le grec Costamare Shipping.
"La progression de ces NOO qui mettent à disposition les financements nécessaires pour la construction de navires neufs et leurs contrats d'affrètements viennent compléter les besoins des opérateurs soucieux de trouver des prix compétitifs sur le marché de la construction navale, de renouveler et de développer leurs flottes", explique Alphaliner.

Des sources de financement en diversification

Mais les opérateurs de ligne régulière eux-mêmes continuent de diversifier leurs sources de financement pour acheter auprès des chantiers navals les navires qu'ils opèrent en propre, ajoute le cabinet de consultants. Ils ont recours à des prêts bancaires. Depuis trois ans, nombre d'entre eux se tournent  vers les marchés financiers pour leurs investissements. Tel est le cas de Maersk, CMA CGM, APL, Hanjin, NYK, Mol, HMM et Yang Ming.
La note de synthèse d'Alphaliner précise que K-Line, qui est le seul armateur à ne pas exploiter des navires de plus de 10.000 EVP, ne devrait pas tarder à confirmer une commande portant sur des navires de 14.000 EVP. Quant à UASC, il continue d'être en négociations avec des constructeurs pour un contrat pour des navires de 16.000 EVP qui concerne également son partenaire chinois CSCL.
Enfin, il se dit que MSC est en pourparlers avec des chantiers pour une grosse commande d'unités de 8.800 EVP.

Vincent Calabrèse

Vendredi 22 Mars 2013



Lu 347 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse