Les OFP s'imposent dans le paysage


En septembre 2009, la promotion des opérateurs ferroviaires de proximité figurait parmi les priorités de l'Engagement national pour le fret ferroviaire. Si les besoins des chargeurs demeurent immenses dans le rail, trois ans plus tard et malgré des freins encore à lever, le modèle économique des OFP semble validé. En témoignent les réalisations concrètes sur le terrain et l'intérêt croissant pour ces acteurs.


© GPMLR
© GPMLR
Depuis 2009, la définition et les périmètres d'intervention des OFP se sont adaptés à la demande du marché. On recense ainsi trois OFP régionaux : CFR Morvan, TPCF Régiorail et RDT 13. L'une des tendances de fond de ces nouveaux acteurs est l'extension de leurs rayons d'action à partir de leurs bases locales. S'ajoutent deux OFP portuaires. Alors que Normandie Rail Services limite ses interventions aux trajets courts de et vers le port du Havre, OFP La Rochelle, le second, développe une stratégie inter-régionale voire nationale. C'est d'ailleurs sur ce principe que deux nouveaux OFP ont vu le jour récemment dont Bourgogne Fret Service le 6 novembre à l'initiative d'Europorte (67 %) et de l'Union des coopératives céréalières Cerevia (33 %). Adossé à une offre logistique globale (commission, porte-à-porte, stockage, etc.), Agenia annonce de son côté le début de son exploitation dans les prochaines semaines. Sa licence et son certificat de sécurité décrochés en mars et juillet dernier, ce nouvel OFP acheminera tout d'abord des trafics composés de granulats et de céréales en région Midi-Pyrénées. Dès 2013, il anticipe dans la foulée un développement national avec le concours d'autres opérateurs de proximité.

Démarches collaboratives

La mise en œuvre de collaborations est sans doute la seconde grande évolution des OFP. S'inspirant d'une logique "réseau", TPCF Régiorail est l'artisan de cette stratégie, avec RDT13 notamment. Cette orientation récente coïncide avec l'entrée majoritaire dans son capital du logisticien belge Eurorail et de la société américaine d'investissement Railroad Development Corporation.

"Investissement de départ de 200.000 à 500.000 euros"


Pour mémoire, Eurorail gère d'ores et déjà à partir de Lérouville un service de lotissement alternatif à l'offre "Multi-lots Multi-clients" de Fret SNCF impliquant Europorte, Euro Cargo Rail, CFL Cargo et SNCB Logistics. Pour clore ce tour d'horizon de l'offre ferroviaire de proximité, à noter également la création de trois structures régionales par les entreprises ferroviaires historiques (Europorte Chatillonais, VFLI Strasbourg et OSR Nord-Pas-de-Calais), et de onze "prestataires gestionnaires d'infrastructures (PGI)", dont neuf portuaires, où Europorte se distingue, et deux sur le réseau ferré national.

Freins (encore) à lever

Avec des projets en Lorraine, dans le Centre et en Bretagne, la toile des OFP se tisse progressivement en France aidé par de nouveaux entrants dont des entreprises ferroviaires. Plusieurs freins à leur développement demeurent néanmoins dont le processus de création, estimé entre 12 et 24 mois, et l'investissement de départ. Selon l'association Objectif OFP présidée par Jacques Chauvineau, celui-ci varie de 200.000 à 500.000 euros selon les modes d'exploitation, les services et le périmètre géographique couvert. Quant au compte d'exploitation une fois l'OFP lancé, ses principaux postes se décomposent en matériel roulant  (42,5 %, dont 24,5 % pour la location et 15,3 % pour la maintenance), énergie de traction (21,2 %), salaires (18,2 %) et péages (8 %). Dans ce contexte, Objectif OFP plaide pour la mise en œuvre de mesures d'accompagnement et de soutien. Elles visent à favoriser l'émergence d'un marché d'occasion des locomotives et de solutions de maintenance optimisées via des mutualisations entre OFP et/ou entreprises ferroviaires nationales. Avec le développement des filières de formation ad hoc et de l'intérim ferroviaire, elles concernent aussi l'adaptation des dispositifs d'aides aux PME au cas particulier des OFP, et la création d'aides nationales inspirées du programme européen Marco Polo. Au plan réglementaire enfin, l'association plaide pour une simplification des procédures et encourage la généralisation de PGI pour revivifier les lignes capillaires fret.

Érick Demangeon

Jeudi 22 Novembre 2012


Tags : ferroviaire, ofp



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse