Les agents maritimes marseillais doivent résister aux pressions


Les agents maritimes et consignataires de navires de Marseille-Fos estiment que leur profession continue de faire face à toujours plus de responsabilités tout en subissant la pression des armateurs, leurs commettants. Rencontre avec Jaap van den Hoogen, président de l'AACN, qui se satisfait de voir le nombre d'escales progresser et le trafic conteneurisé rester sur la courbe ascendante...


© GPMM
© GPMM
À trois mois de la fin de l'année 2014, quel regard les agents maritimes marseillais portent sur la situation du port de Marseille-Fos ?

Si l'on ne tient pas compte de la diminution du nombre des escales due aux mouvements sociaux de la SNCM et de leur influence sur le secteur de la croisière, le nombre d'escales est en hausse. Ce qui est satisfaisant également pour la profession, pour le secteur de la ligne régulière, c'est la croissance du conteneur. Augmentation à Fos mais pas à Marseille. Mais je tiens à souligner que, contrairement à d'autres ports, cette croissance est due aux conteneurs pleins.

Cette progression du trafic est-elle portée par les volumes à l'export uniquement ou pas ?

Après la mise en place de la réforme, nous avons assisté à un retour des exportations. Puis, depuis le second semestre 2013, les importations sont revenues. Ce qui signifie que les importateurs ont repris confiance. Mais je constate que nous avons commencé avec les trafics de fruits et légumes ex-Agrexco. Par la suite, les importations se sont étendues à tous les continents avec forte prédominance de l'Extrême-Orient, bien sûr. Ce qui signifie que les clients sont revenus. Mais aujourd'hui, l'import est en hausse et l'export stagne. Ce phénomène n'est pas spécifique à Marseille-Fos. On l'observe dans tous les ports européens. Est-ce une remise à niveau des stocks malgré la crise ? En tout cas, les armateurs ont vu leurs volumes croître de 7 à 8 % cette année et les ports chinois ont connu une croissance de 7 à 8 % de leurs volumes à l'export vers le monde entier.
Mais lorsque Rotterdam, Hambourg ou Algésiras traitent beaucoup de conteneurs vides et de gros volumes en transbordement, Marseille traite pour l'essentiel des conteneurs pleins.

"La situation reste tendue pour la profession"

La profession a pourtant l'air de continuer à se plaindre de son sort. La rémunération des agents maritimes est-elle en baisse ?

La situation reste très tendue pour les agents maritimes. Il faut dire que les armateurs subissent une pression sur les taux de fret. Ils essaient donc sans cesse de réduire les coûts. Les agents en sont victimes. Dans le secteur du conteneur, ils sont rémunérés 55 à 60 dollars la boîte. Pour les armateurs, ils jugent que ce forfait est trop élevé. Ils essaient d'ailleurs de centraliser leurs services et de développer le e-commerce.

"Des responsabilités toujours plus étendues"


Christophe Buisson, le nouveau président du Snam, nous disait récemment que les agents maritimes doivent continuer à lutter pour la reconnaissance du métier. Est-ce que la profession est en danger ?

Le rôle de l'agent est de plus en plus important. D'autant que nous attendons en France la mise en place en juin 2015 du dispositif du «guichet unique». Ce sera une responsabilité supplémentaire pour l'agent maritime. Preuve qu'à Marseille, notre rôle reste donc essentiel.

Qu'est-ce qui distingue Marseille des autres ports français pour la profession ?

En matière d'informatique portuaire, nous avons toujours défendu le système AP+. Je reste convaincu que tous les ports français doivent adopter un seul système informatique. Laisser s'introduire un second dispositif serait catastrophique pour les acteurs portuaires du pays. À Marseille-Fos, comme ailleurs, le nombre d'escales est en baisse en raison notamment de la taille grandissante des navires. Il existe toujours une grande concurrence entre les agents. Ce qui n'est pas logique car les responsabilités sont de plus en plus grandes. Ces derniers mois, nous avons travaillé sur le nouveau «projet stratégique» du GPMM avec les autres professions. Dans le dialogue que nous avons eu avec la direction du port, nous avons insisté sur l'importance de développer l'hinterland au-delà de la région lyonnaise.

Que pensez-vous des alliances 2M et Ocean 3 ?

Les deux futures alliances 2M et Ocean Three ne peuvent avoir que des retombées positives pour Fos, tant en termes de nombre d'escales que sur le plan de la desserte de l'axe Est-Ouest

Vincent Calabrèse

Vendredi 24 Octobre 2014



Lu 91 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Octobre 2014 - 12:52 Les lamaneurs ne craignent pas la crise


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse