Les armateurs chinois Cosco et China Shipping vont fusionner


Les deux armateurs chinois publics Cosco et China Shipping Group vont fusionner, pour donner naissance au quatrième opérateur mondial de ligne maritime régulière.


© Franck André
© Franck André
C'était dans l'air depuis quelques années. La Chine s'est décidée à fusionner ses plus grands groupes nationaux de transport maritime. Selon les médias officiels du pays, le gouvernement chinois a approuvé la restructuration de la China Ocean Shipping Group, connue sous l'acronyme Cosco, et de China Shipping Group. "Cosco et China Shipping ont lutté pour être compétitives, avec des investissements qui se chevauchent, des coûts élevés, des activités commerciales et des chaînes industrielles similaires", selon un communiqué conjoint des patrons des deux groupes cité par "Chine nouvelle".

Consolidation au sommet

Cosco est le plus grand groupe armatorial du pays par la taille de sa flotte, et China Shipping Group a des actifs totalisant 200 milliards de yuans (28,3 milliards d'euros). Dans le domaine de la ligne régulière, le rapprochement de leur filiale respective Cosco Container Lines et China Shipping Container Lines (CSCL), s'il se concrétise, engendrera le quatrième opérateur mondial, avec plus de 1,5 million d'EVP de capacité, juste derrière CMA CGM (1,81 million d'EVP en l'état actuel). Les deux groupes fusionnés pèseront ainsi 7,6 % du marché mondial, devançant Hapag-Lloyd et Evergreen.

"7,6 % du marché mondial de la ligne régulière"


Dans un contexte de baisse durable des taux de fret, qui peinent depuis la crise de 2009, les opérations de fusion et acquisitions ont repris. Après l'absorption des chiliens CSAV et CCNI par Hapag-Lloyd et Hamburg Süd l'année dernière, CMA CGM a officialisé début décembre son offre pour acquérir le singapourien Nol (APL).
Il n'était pas précisé dans l'immédiat si la fusion des deux groupes chinois pouvait être soumise à une autorisation des régulateurs de la concurrence de l'Union européenne ou des États-Unis. Des multinationales occidentales ont déjà été contraintes à obtenir un feu vert des autorités chinoises pour des opérations de fusion.

Tendance chinoise

En Chine, cette fusion s'inscrit dans une tentative de Pékin de réformer ses entreprises publiques pour stimuler la croissance. Son annonce fait suite à celle des deux plus grandes sociétés chinoises de métallurgie, China Minmetals Corp et China Metallurgical Group Corp, la semaine dernière.
La deuxième économie mondiale tente de restructurer ses grandes sociétés publiques alors que sa croissance fait face à des vents contraires. La Commission de supervision et de gestion des actifs détenus par l’État (Sasac) a fait savoir que les entreprises d’État déficitaires se verraient accorder un délai de deux ans pour redresser leurs comptes et que celles accumulant les pertes sur trois années consécutives pourraient être contraintes à la fermeture.
Pékin a déjà fusionné ses deux principaux constructeurs de trains (China CNR Corp et CSR Corp) afin de mieux concurrencer notamment l'allemand Siemens, le canadien Bombardier et le français Alstom dans les appels d'offres internationaux. L'agence de presse nationale Xinhua a indiqué en avril que la Chine visait la constitution de 40 champions nationaux à travers des fusions des principales entreprises du pays.
Le chiffre d'affaires cumulé des entreprises d’État chinoises a chuté de 7,1 % à 13.210 milliards de yuans (1.869 milliards d'euros) sur le premier semestre de 2015, par rapport à la même période de l'année précédente, selon des chiffres du ministère chinois des Finances.

F.A. avec AFP

Lundi 14 Décembre 2015



Lu 1646 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse