Les armateurs dans le grand bain des fusions


La concentration s'accélère dans le secteur du transport maritime, morcelé et en surcapacité, avec l'annonce lundi 18 juillet de la prochaine fusion entre l'armateur allemand Hapag-Lloyd et un groupe du Golfe, en même temps que le français CMA CGM bouclait son acquisition à Singapour.


CMA CGM a conforté sa troisième position en rachetant Nol © Hafen Hamburg
CMA CGM a conforté sa troisième position en rachetant Nol © Hafen Hamburg
Quatre européens dans le top cinq mondial : avec l'accord de fusion conclu entre Hapag-Lloyd et United Arab Shipping Company (UASC) - qui se traduira par l'absorption du groupe basé à Dubaï en échange d'une entrée dans le capital - le Vieux Continent consacre sa domination sur le transport maritime. La future compagnie, qui sera basée à Hambourg et cotée à Francfort, pèsera plus de 7 % du marché mondial (en nombre de conteneurs), dépassant le taïwanais Evergreen (4,6 %) et tutoyant le chinois Cosco (7,6 %), selon le consultant Alphaliner.
Ces challengers restent encore loin du podium, dominé par le danois Maersk (15,4 %), l'italo-suisse MSC (13,5 %) et le français CMA CGM (11,3 %), qui a conforté sa position en rachetant Neptune Orient Lines (Nol), opérateur historique de la cité-État de Singapour. L'armateur basé à Marseille s'offre ainsi une place de choix dans le deuxième port à conteneurs du monde, quand son concurrent allemand prend pied à Jebel Ali, qui figure parmi les dix plus grands terminaux maritimes.
"Cela fait plusieurs années que les armateurs cherchent à se rapprocher. La nouveauté c'est l'aspect capitalistique de ces rapprochements", observe Vincent Blandin, spécialiste du secteur des transports et des fusions-acquisitions au sein du cabinet d'audit EY. Précurseur, Hapag-Lloyd avait déjà avalé en 2014 le chilien CSAV. "Ça continue et ça accélère", affirme-t-il, relevant que "les acquisitions portent sur des groupes beaucoup plus gros".

"Une course à la taille"

Lancés dans une "course à la taille", les transporteurs ont jusqu'ici privilégié les alliances commerciales pour à la fois "remplir les navires et multiplier les routes", rappelle-t-il. Des alliances ont ainsi émergé, d'abord entre Maersk et MSC en 2014 (2M), puis cette année entre CMA CGM, Cosco, Evergreen et le hong-kongais OOCL (Ocean Alliance), d'une part, et entre Hapag-Lloyd et cinq compagnies asiatiques, d'autre part (The Alliance).
Ralentis depuis plusieurs années par "une croissance plus faible que prévue du commerce international, en particulier en Asie", et plombés par "des navires commandés au début des années 2010 sur la base de prévisions très optimistes", les armateurs naviguent dans un marché "toujours en surcapacité", analyse Vincent Blandin.

"La liste des naufragés risque encore de s'allonger"


Les segments porteurs des conteneurs réfrigérés ou du cabotage en Afrique de l'Ouest ne pouvant tous les maintenir à flot, certains tanguent. "Les prix d'acquisition sont probablement bas aujourd'hui, donc c'est une bonne occasion pour les gros de racheter des plus petits à des prix dépréciés et d'éliminer de la capacité", ajoute-t-il. Avec le rebond des cours du pétrole depuis le début de l'année et le maintien des prix historiquement bas du fret maritime, la liste des naufragés risque encore de s'allonger.

CMA CGM détient 98 % du singapourien Nol à l'issue de son OPA

L'armateur français CMA CGM a annoncé lundi 18 juillet détenir 97,83 % du capital de Neptune Orient Lines (Nol) au terme de son offre publique d'achat (OPA) lancée le 6 juin, qui sera suivie du retrait de la cote de la compagnie singapourienne. L'offre "est close depuis 17 h 30 heure de Singapour" et CMA CGM détient désormais "2.547.264.348 actions représentant environ 97,83 % du capital social de Nol", a précisé le groupe français. Le succès de l'OPA était acquis depuis le 27 juin, date à laquelle le seuil des 90 % a été franchi, autorisant CMA CGM à retirer le titre Nol de la Bourse de Singapour, comme prévu dès le départ. Dans un premier temps "la Bourse de Singapour va suspendre la cotation des actions de Nol" puis CMA CGM "procédera à l'acquisition obligatoire des actions restantes (...) dès que possible", au même prix unitaire que celui de l'OPA, soit 1,30 dollar singapourien (0,65 euro). "CMA CGM a l'intention de retirer les actions de Nol de la cote de la Bourse de Singapour par la suite", une fois qu'il détiendra 100 % de la compagnie singapourienne. Cette acquisition, avalisée par l'Union européenne et par la Chine, doit permettre au groupe basé à Marseille de "consolider sa position" au niveau mondial, avec environ 11,7 % de part de marché, 540 navires et 19 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Gabriel Bourovitch

Mardi 19 Juillet 2016



Lu 451 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse