Les armateurs grecs vont payer un impôt volontaire


La communauté des armateurs grecs, très critiquée pour les avantages fiscaux dont elle bénéficie en Grèce alors que le reste du pays ploie sous les impôts, a confirmé son accord d'apporter sa contribution au sauvetage financier de l'État grec en versant un impôt volontaire pendant trois ans.


© Globus Maritime
© Globus Maritime
L'association des armateurs grecs a signé jeudi 18 juillet officiellement un accord avec le Premier ministre, Antonis Samaras, qui, selon le gouvernement, pourrait rapporter jusqu'à 140 millions d'euros par an aux caisses de l'État. "L'accord sur votre participation volontaire au budget de l'État est réellement émouvant", a déclaré le Premier ministre au président de l'association des armateurs grecs, Theodoros Veniamis, après des mois de discussion. "La signature de l'accord confirme la volonté de la communauté des armateurs à participer volontairement, pour trois ans, aux efforts nationaux de stabilisation de l'économie du pays", a indiqué le ministère de la Marine marchande.

De 75 à 140 millions d'euros

441 sociétés verseront l'impôt, sur un total de 2.769 navires, ce qui couvre environ 90 % d'unités sous pavillon grec et 65 % sous pavillon étranger. Le ministère estime la contribution à 75 millions d'euros, mais ajoute qu'elle pourra aller jusqu'à 140 millions.
Le secteur de la Marine marchande en Grèce représente plus de 48 % de la balance des paiements du pays, suivi par le tourisme. Mais les armateurs grecs, dont l'essentiel de la flotte est immatriculée à l'étranger (seulement un tiers des navires détenus par des armateurs grecs flottent sous pavillon grec), bénéficient dans la constitution d'un statut d'exemption fiscale. Depuis son élection en juin 2012, dans une ambiance de panique mondiale sur une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro, Antonis Samaras a convaincu les armateurs de participer exceptionnellement à l'effort national, en versant une taxe, y compris sur leurs navires flottant sous pavillon étranger, qui ont bien souvent des paradis fiscaux justement.

AFP

Lundi 22 Juillet 2013



Lu 89 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse