Les armateurs n'ont pas encore redressé la barre


Si les résultats opérationnels des compagnies de ligne maritime régulière se sont largement améliorés en 2012 par rapport à 2011, les leaders ont connu leur seconde année consécutive de pertes cumulées. Et l'année en cours va encore apporter son lot d'épreuve.


© CCNI
© CCNI
Le secteur de la ligne régulière a bouclé en 2012 une seconde année consécutive de perte opérationnelle. D'après l'analyse d'Alphaliner, les 21 armateurs figurant dans le top 30 qui ont publié leurs résultats financiers ont cumulé un déficit de 239 millions de dollars pour leurs seules activités de transport maritime conteneurisé. Malgré une amélioration de leurs marges opérationnelles à la moitié de l'année, seules sept de ces compagnies ont terminé l'exercice avec un résultat positif. Toutes activités confondues, les pertes cumulées en 2012 des 21 groupes armatoriaux concernés dépassent les 4,7 milliards d'après le consultant.
Une fois encore, les armateurs n'ont pas su contenir les prix, d'après l'analyse du cabinet de conseil. Après un premier trimestre catastrophique, qui a vu la marge opérationnelle moyenne tomber à - 12 %, selon Alphaliner, les opérateurs avaient pourtant connu une embellie grâce à des hausses de taux de fret réussies. Mais les prix ont ensuite replongé, avec la baisse saisonnière des taux de remplissage en fin d'année, ce qui a rogné de nouveau les marges opérationnelles des transporteurs.

Échec des hausses de taux

Tout n'est pas noir puisque le consultant note une nette amélioration de cet indicateur comparé à l'année 2011, qui avait vu le même groupe de compagnies cumuler une perte d'exploitation de 5,97 milliards de dollars, mais son pronostic reste assez pessimiste pour l'année en cours. "Cette incapacité des transporteurs à retrouver la rentabilité est de mauvais augure pour 2013 alors que le rapport offre-demande doit demeurer à leur désavantage", écrit Alphaliner. Ce dernier souligne les difficultés des opérateurs de ligne régulière à maintenir une politique tarifaire efficace : "Les hausses de taux appliquées mi-mars entre l'Asie et l'Europe ont été sapées par la surcapacité et un excès de concurrence". Résultat, les prix sur ce trade sont aujourd'hui 40 % inférieurs à ce qu'ils étaient il y a un an. C'est ainsi que le consultant prédit encore quelques mois de difficultés au secteur du shipping : "La faible croissance de la demande combinée à un nombre record de livraisons de navires attendu cette année font que les armateurs devront encore se battre pour obtenir des bénéfices cette année".

CMA CGM s'en est bien tiré

Parmi les sept armateurs bénéficiaires au cours de cet exercice, CMA CGM est celui qui a réalisé la meilleure performance, avec un gain de 989 millions de dollars. Le taux de marge bénéficiaire de la compagnie française se situe à 6,2 %. Les chiffres de la compagnie française prennent en compte les activités de gestion de terminaux portuaires du groupe, qui a contribué à ce résultat à hauteur de 200 millions de dollars, selon les estimations d'Alphaliner. Mais cette activité, qui compte beaucoup dans le résultat net de CMA CGM – 361 millions de dollars en 2012 –, devrait être amputée à l'avenir puisque le groupe a vendu en janvier dernier 49 % de ses actifs dans quinze terminaux à conteneurs.

"Les armateurs devront encore se battre pour obtenir des bénéfices cette année"


C'est la compagnie chinoise SITC qui a obtenu la meilleure marge sur ses activités de shipping avec 6,6 %, pour 32 millions de dollars de bénéfices. Signe de la tendance actuelle sur les routes intercontinentales, la performance de SITC s'est amoindrie depuis que la compagnie tente de s'étendre au-delà de son marché de prédilection, soit entre la Chine et le Japon. Le 26e opérateur mondial de ligne régulière au classement d'Alphaliner avait ainsi une marge de 11,1 % en 2011.
Les cinq autres armateurs bénéficiaires en 2012 sont Maersk, qui a renversé la tendance de l'année précédente en passant de 552 millions de perte à 483 millions de profit, suivi d'OOCL, de Wan Hai, d'Hapag-Lloyd et de la chilienne CCNI, 29e mondiale.
C'est sa compatriote CSAV qui a réalisé la plus mauvaise performance de ce panel, avec une marge négative de 5,6 %. Néanmoins, l'armement a réussi à ramener sa perte de 1,1 milliard de dollars en 2011 à 191 millions en 2012 et prévoit même de faire construire sept navires de 9.300 EVP pour 570 millions. Quant à la plus grosse perte opérationnelle en valeur, elle est pour APL, avec un déficit de 279 millions pour une marge négative de 3,5 %.

Franck André

Jeudi 11 Avril 2013



Lu 409 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse