Les bélugas font capoter le terminal pétrolier de Cacouna


Le projet de terminal pétrolier à Cacouna sur le fleuve Saint-Laurent a été suspendu par l'opérateur d'oléoducs TransCanada après que les autorités canadiennes ont officiellement classé la colonie de bélugas "en voie de disparition".


© Canadian Environnemental Assessment Agency
© Canadian Environnemental Assessment Agency
Les bélugas du Saint-Laurent ayant été classés "en voie de disparition", le projet de terminal pétrolier de TransCanada à Cacouna s'est vu suspendu lundi 1er décembre. Cette baleine blanche arctique, dont le bec rieur est surmonté d'un large front, était classée comme "menacée" depuis la dernière étude officielle du genre effectuée il y a dix ans. Cette population de moins d'un millier d'individus, contre plus de 10.000 jadis, "fait face maintenant à un risque de disparition considérablement plus élevé" que lors du précédent rapport sur ces cétacés, a indiqué lundi 1er décembre le Comité sur la situation des espèces en péril du Canada (Cosepac), formé de scientifiques et dont les conclusions sont remises au ministère de l'Environnement.
En conséquence, TransCanada, qui cherche à écouler par cette voie maritime le pétrole de l'Ouest canadien, a décidé "d'arrêter" ses travaux de terminal pétrolier à Cacouna. La société canadienne souhaitait opérer d'ici 2018 dans cette bourgade québécoise, située à 430 km au nord-est de Montréal, un terminal pétrolier connecté au méga-oléoduc Énergie Est construit pour l'occasion avec un débit prévu de 1,1 million de barils par jour. Cette décision a été prise "pour prendre le temps d'analyser la recommandation du Cosepac, d’évaluer ses impacts potentiels sur le projet Énergie Est, et pour réviser toutes les options viables pour l'avenir", a expliqué Tim Duboyce, porte-parole de TransCanada. Dans son rapport, le Comité environnemental explique que cette baleine nordique fait l'objet d'une nouvelle série de "menaces croissantes", telles que "la pollution, la perturbation causée par le bruit, et le développement industriel".

"Végétaux et animaux en péril"


Le gouvernement québécois avait autorisé en août TransCanada de mener des sondages sismiques et des forages au large de Cacouna afin de déterminer l'emplacement idéal pour accueillir ce terminal afin d'y charger des pétroliers. Dans un jugement sévère pour le gouvernement, un tribunal avait suspendu le chantier en septembre car la zone retenue était prisée par ces petites baleines blanches pour mettre bas. Dans ce rapport, le Cosepac passe en revue la situation de trente-six espèces animales et végétales et conclut que "la liste des espèces sauvages canadiennes en péril ne cesse de s'allonger".
Les scientifiques pointent notamment le sort fragile des caribous, dont les populations boréales sont désormais considérées comme "menacées" en raison des "impacts cumulatifs de l'exploitation pétrolière, gazière et forestière". Le troupeau évoluant en Gaspésie, à l'est du Québec, est quant à lui "en voie de disparition" et devrait avoir disparu "d'ici environ quarante ans".
Le Comité a également souligné que trois espèces d'arbres étaient "en péril", comme le pin flexible, une espèce poussant dans l'Ouest et pouvant vivre jusqu'à un millier d'années. Ce pin est menacé par un "pathogène exotique" apparu en 2006. En Ontario, au centre du pays, le frêne bleu est lui menacé par l'agrile du frêne, un insecte ravageur également récemment introduit. Le mûrier rouge avec moins de 200 arbres est pratiquement éteint. Les chercheurs relèvent en outre le déclin "extrêmement rapide" des petites tortues ponctuées, qui vivent dans les marais ontariens, et prédisent avec une "forte probabilité" leur extinction "si les menaces se poursuivent".
 

AFP

Mardi 2 Décembre 2014



Lu 81 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse