Les camions pourront être immobilisés en cas d'infraction grave



© Renault Trucks
© Renault Trucks
Le secrétaire d'État aux Transports a annoncé jeudi 14 avril que le contrôle des transporteurs routiers sera renforcé pour lutter contre la concurrence déloyale, et que les sanctions pourront se traduire par une immobilisation des véhicules en cas d'infraction grave. À l'issue d'une réunion du "Comité d'évaluation de la politique publique de contrôle des transports", le secrétaire d'État, Alain Vidalies, a annoncé trois "chantiers", dont le renforcement des contrôles sur les lieux de chargement et de déchargement des transporteurs routiers. "Des consignes seront données en ce sens aux préfets et aux services régionaux", a-t-il indiqué. Pour mieux lutter contre les fraudes, Alain Vidalies a annoncé qu'un "groupe de contrôleurs sera formé afin de renforcer la détection des fraudes au tachygraphe" (enregistreur de données présent sur les camions, NDLR). Enfin, les contrôles pourront donner lieu à une immobilisation ou une confiscation des véhicules en cas d'infraction grave. Cette sanction, voulue par la profession, existait déjà dans la loi mais était très rarement appliquée. Les travaux sur la politique de contrôles vont se poursuivre jusqu'à cet été pour identifier "des pistes d'évolution", précise également le ministère. Les contrôleurs de transports terrestres surveillent en moyenne plus de 100.000 véhicules par an, dont à peu près la moitié ne sont pas immatriculés en France. Le ministère rappelle que ces contrôles ont permis de sanctionner des situations de cabotage irrégulier dans près de 10 % des cas. Par ailleurs, plus de 8.000 situations de non-respect des règles relatives aux temps de repos ont été sanctionnées. La loi "impose à l'employeur de veiller à ce que son conducteur prenne son repos hebdomadaire normal de 45 heures hors de la cabine, sauf à encourir une peine d'un an d'emprisonnement et une amende pouvant atteindre 30.000 euros", rappelle-t-il encore. Selon un décret paru samedi 16 avril au "Journal officiel", les transporteurs routiers seront contraints d'appliquer à compter du 1er juillet la réglementation sociale française, et notamment de respecter le Smic pour leurs salariés étrangers détachés en France.

AFP

Vendredi 15 Avril 2016



Lu 318 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse