Les chantiers navals STX France en situation précaire


Un Comité d'entreprise crucial doit avoir lieu jeudi 20 décembre aux chantiers navals STX France (ex-Chantiers de l'Atlantique) qui se trouvent en situation précaire alors que s'achève leur deuxième année d'affilée sans commande de paquebot.


© STX
© STX
Les chantiers navals STX France sont en situation précaire après deux ans sans commande de paquebot. La direction pourrait annoncer des mesures de réorganisation interne pour faire face à cet immense trou dans le carnet de commandes, à moins que ces annonces ne soient encore repoussées, comme ce fut le cas le mois dernier. Depuis un peu plus de six mois, les bureaux d'études et certains secteurs de fabrication sont touchés par du chômage partiel, et la direction a d'ores et déjà annoncé aux syndicats un doublement du nombre mensuel de jours de "sous-charge" de travail dès le début de 2013. Il va passer de 7.000 jours par mois en novembre et décembre, à 14.586 pour janvier et février.

"Deux ans sans commande de paquebot"


Soucieux de contre-balancer cette image de fragilité, les Chantiers ont communiqué en fin de semaine dernière sur leur politique de diversification vers l'éolien marin. Une alliance avec Areva pour proposer des offres complètes (turbine électrique et fondation d'éolienne) aux appels d'offres européens et la vente d'une première sous-station électrique pour un champ d'éoliennes d'Europe du Nord ont ainsi été annoncés. Mais si l'alliance avec Areva porte ses fruits, elle ne se concrétisera pas en fabrication avant deux à trois ans, tandis que la sous-station électrique n'apportera que 150.000 heures de travail. Un chiffre qu'il faut comparer au 2,5 millions d'heures d'un "petit" paquebot (comme l'"Europa" d'Hapag-Lloyd qui sera achevé en avril 2013) ou 5 millions pour un "grand" paquebot (comme le "MSC Preziosa" qui quitte les chantiers en mars 2013). Il reste encore deux "demi" BPC (Bâtiment de projection et de commandement, de type "Mistral") vendus aux Russes par le gouvernement Sarkozy en 2011, et livrables en 2014 et 2015. Mais ils ont déjà été commencés pour tenter de limiter le chômage partiel et ces bâtiments militaires représentent beaucoup moins d'heures de travail que les paquebots de croisière qui comprennent la finition luxueuse des cabines et des salles de réception.

Premier trimestre décisif

"Tous nos concurrents ont pris des commandes de navires ces dernières semaines, sauf nous, ça sent pas très bon", souligne Nathalie Durand, de Force ouvrière. "Le premier trimestre 2013 va être décisif pour nous", ajoute Mme Durand qui rappelle que son syndicat réclame depuis plusieurs années la nationalisation de STX. "Une nationalisation nous permettrait d'avoir un actionnaire avec une vraie politique industrielle et qui ait aussi du poids au niveau des banques pour boucler le financement des commandes", précise-t-elle. La diversification vers l'éolien ne rassure pas les syndicats. "Cela ne concernera pas tous les emplois car notre outil de travail est fait pour fabriquer des navires", souligne Joël Cadoret pour la CGT. "On est le dernier grand chantier naval de France : est-ce qu'on veut que notre pays, qui a 5.000 km de côte, n'ait plus de chantiers navals ?", s'interroge-t-il.
Au-delà de l'aspect stratégique, la fin des chantiers serait catastrophique pour la région : STX emploie directement 2.100 salariés et fait travailler 4.000 sous-traitants. STX France est détenu à 66 % par STX Europe (filiale du sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33 % par l’État.
Rachetés en 2008 par STX au norvégien Aker Yards alors que leur carnet de commande était encore plein, les Chantiers ont été touchés de plein fouet par la crise de 2008, puis par celle de 2011. Dernier coup dur en avril 2012, à la surprise générale ils ont perdu la commande de deux navires de croisières passée par l'armateur norvégien Viking River Cruises, qui aurait dû assurer le travail des deux années suivantes. L'armateur leur a préféré un chantier concurrent en Italie, où il a trouvé de plus grandes facilités de financement.

Alexandra Turcat

Mardi 18 Décembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse