Les chantiers navals STX vont passer sous pavillon italien


Les chantiers navals STX France de Saint-Nazaire vont passer sous pavillon italien avec pour capitaine le groupe Fincantieri, mais en tant qu'actionnaire minoritaire, l'État français conservant un droit de veto et ayant posé plusieurs garde-fous.


© STX
© STX
Exit le scénario de la nationalisation, envisagé en dernier recours par le gouvernement pour éviter que Fincantieri ne s'empare de la majorité des chantiers navals de Saint-Nazaire. "L'État marque son accord de principe sur le projet de reprise de STX par le groupe Fincantieri", a précisé le gouvernement français qui a toujours privilégié la solution d'une reprise du dernier grand chantier naval français par un industriel européen, à condition qu'il ne soit pas majoritaire à lui tout seul.
Fincantieri devra rester minoritaire pendant au moins huit ans et sera accompagné d'un investisseur italien indépendant, la Fundazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste, tandis que l'État français, qui détient 33 % du capital de STX France, conservera un droit de veto, a précisé le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue.

"Engagement de Fincantieri à ne pas supprimer d'emplois dans les cinq ans qui viennent"


Dans le compromis trouvé, au terme de "trois mois d'intenses négociations", l'État français restera au capital à "un peu plus de 33 %, (le constructeur militaire public français) DCNS pourrait entrer aux alentours de 12 %, Fincantieri est inférieur à la majorité et pourrait être aux alentours de 48 % et le complément sera apporté par la Fundazione CR Trieste", a détaillé Christophe Sirugue. Le projet d'accord comprend en outre "une forme de clause de revoyure au bout de douze ans, au terme de laquelle si Fincantieri ne souhaitait pas poursuivre jusqu'à vingt ans, l'État français serait prioritaire sur la préemption des actions détenues par Fincantieri", a-t-il ajouté.

Satisfaction du côté italien

Le ministre de l'Économie Pier Carlo Padoan a accueilli, tout comme Fincantieri, l'accord avec une grande "satisfaction". "C'est un grand succès pour la construction navale italienne", a souligné le ministre, en précisant que les actionnaires italiens était majoritaires au sein de STX, à 54 %. STX France a salué une "bonne nouvelle".
Fincantieri est porteur, selon Christophe Sirugue, d'"un projet industriel ambitieux", qui vise à renforcer les chantiers sur leur cœur de métier des navires de croisière ainsi qu'à poursuivre la diversification, notamment dans les énergies marines. Il comporte des engagements, notamment relatifs à la pérennité du site et de ses activités, ainsi qu'à l'investissement et au maintien de l'emploi, a ajouté Christophe Sirugue. "Les éléments que nous avons obtenus dans la négociation en termes de droit de veto dans le temps, c'est-à-dire durant les vingt ans du pacte d'actionnaires que nous avons négocié, sont des éléments suffisamment sécurisants, sans passer par une nationalisation", a-t-il dit.

"Intérêts stratégiques"

La procédure d'information-consultation du comité d'entreprise doit être lancée dans les semaines à venir, afin que Fincantieri achève la négociation du rachat de ses actions, puis le gouvernement aura à se prononcer sur l'accord définitif.
"Notre entrée au capital de STX France va permettre de préserver l'accès de DCNS aux capacités industrielles uniques en Europe des chantiers de Saint-Nazaire pour la construction de navires militaires de grande taille comme les porte-hélicoptère de type Mistral ou encore les porte-avions", a salué Hervé Guillou, patron de DCNS, estimant que cela garantissait "la préservation des intérêts stratégiques de la France tout en renforçant notre capacité d'exportation".
Sur le plan social, le compromis comporte un engagement de Fincantieri "à ne pas supprimer d'emplois dans les cinq ans qui viennent", selon Christophe Sirugue. Pour Alain Lebrun, délégué CGT, il aurait fallu des "garanties bien supplémentaires en termes d'emplois. Sans emploi, il y aura des pertes de savoir-faire". "Il y a une inquiétude sur les postes en doublon" avec Fincantieri, "un concurrent direct" de STX, évalués par FO à 500, et "cela précipite" l'entrée de partenaires chinois de Fincantieri sur le marché de la croisière, ce qui "nous fait extrêmement peur", a déclaré Nathalie Durand-Prinborgne du syndicat FO.
Fincantieri, constructeur naval basé à Trieste et qui emploie 19.200 personnes dans le monde, est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre les chantiers STX France de Saint-Nazaire, filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding en difficulté.

Sonia Wolf et Jean-Philippe Chognot

Vendredi 7 Avril 2017



Lu 549 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse