Les chargeurs s’invitent au débat présidentiel


Par la voix de l’Association des utilisateurs de transport de fret, les chargeurs demandent à la prochaine majorité de placer le transport de marchandises au cœur des enjeux industriels et environnementaux. Autour de onze mesures, leur plateforme couvre la stratégie portuaire, la transition énergétique, la fiscalité et le soutien au rail et à la voie d’eau.


Présentation de la plateforme de mesures de l’AUTF le 7 mars à Paris © Érick Demangeon
Présentation de la plateforme de mesures de l’AUTF le 7 mars à Paris © Érick Demangeon
Présentées à Paris le 7 mars, les propositions de l’Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF), présidée par Denis Choumert, abordent tous les modes. Inspirées des récents travaux de la Cour des comptes, les mesures consacrées à la gestion portuaire visent "à identifier les ports d’intérêt stratégique pour y concentrer les efforts et les investissements".

Denis Choumert, président de l’AUTF © AUTF
Denis Choumert, président de l’AUTF © AUTF
À définir, le caractère "stratégique" serait évalué selon leur hinterland, leur rang dans la compétition européenne et/ou leur place au service des filières industrielles. La continuité d’exploitation en cas de grève via la mise en œuvre d’un service minimum dans certains secteurs, comme la manutention, est défendue, ainsi que des dispositions pour "limiter la priorité d’emploi des personnels dockers dans les activités autres que la manutention bord à quai".
Dans le fret ferroviaire, les chargeurs appellent à une remise à plat de l’allocation des sillons. "SNCF Réseau doit opter pour une approche service. Elle se traduirait non plus par la vente d’un sillon mais par la vente d’un service global comprenant le sillon, des alertes en amont en cas de perturbation et d’une solution back-up". En matière de gestion du réseau, un effort ciblé sur les lignes capillaires est souhaité et, à l’instar des ports, l’instauration d’un service minimum.

Soutien aux modes alternatifs

S’agissant des transports combinés, la compensation financière allouée aux péages ferroviaires et l’aide à la pince sont à maintenir, selon l’AUTF, tant que la qualité de service et la fiabilité des modes ferré et fluvial ne sont pas assurées.  "Il est aussi nécessaire de les prolonger par un dispositif d’aide à la marchandise ouvert à tous les chargeurs selon les volumes confiés". Pour renforcer l’attractivité des techniques combinées suite à la mise en place du 44 tonnes, une augmentation du poids des véhicules routiers chargés des pré et post-acheminements jusqu’à 46 tonnes est également proposée.

"Identifier les ports d’intérêt stratégique pour y concentrer les efforts"


À l’attention de la voie d’eau soumise à de nouvelles règles environnementales (règlement européen EMNR pour engins mobiles non routiers), "la création d’un fonds national permettrait en outre d’accompagner la profession et d’accélérer le renouvellement de la flotte".

Ne pas délaisser la route

Des incitations financières au mode routier figurent aussi dans la plateforme avec pour objectif d’accélérer la transition énergétique des parcs. Cette mesure s’intègre dans un plan d’actions plus vaste consacré à la décarbonisation du secteur. Ce dernier fixerait "une trajectoire énergétique, environnementale et fiscale", un assouplissement et des simplifications réglementaires comme sur les poids et dimensions des véhicules ou les flux transfrontaliers à 44 tonnes. La dimension réglementaire apparaît aussi en logistique urbaine où est suggérée une harmonisation des approches dans les villes à travers un cadre national au périmètre étendu aux agglomérations.
À l’échelle de l’Europe, l’AUTF encourage la France à poursuivre ses travaux pour un alignement des États membres sur les conditions de détachement des conducteurs. En France, la dégradation des routes inquiète aussi et est au centre d’une mesure plaidant en faveur d’un "plan de modernisation du réseau routier non concédé".
Pour financer l’ensemble de ces mesures, les chargeurs préconisent d’y affecter les recettes de la contribution Climat-Énergie assise sur les carburants…

Érick Demangeon

Jeudi 9 Mars 2017



Lu 723 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 12 Octobre 2017 - 14:12 La pollution de l'air régresse en Europe €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse