Les chemins de fer des Balkans ont besoin d'une refonte


Les chemins de fer obsolètes et dangereux des Balkans ont besoin d'une refonte. Couvrir les 475 km reliant la capitale serbe au port monténégrin de Bar peut prendre jusqu'à 16 heures. Un périple semé d'embuches potentielles tellement l'état de cette voie ferrée en particulier, mais d'une manière générale de celui des chemins de fer dans l'ensemble des Balkans, est catastrophique.


© CAF
© CAF
Depuis la fin des conflits des années 90 ayant accompagné la décomposition de la Yougoslavie communiste, les voies ferrées ont été laissées à l'abandon par les pays issus de l'ex-fédération. Fierté de la Yougoslavie communiste, la voie ferrée Belgrade-Bar a été construite en 1976 pour des vitesses allant jusqu'à 120 km/h. Les trains sillonnent aujourd'hui des paysages de nature intacte à couper le souffle, traversent des dizaines de tunnels taillés dans la montagne abrupte et des ponts au-dessus de gorges profondes en Serbie et au Monténégro à des vitesses de quatre à cinq fois inférieures à celle initialement prévue. L'infrastructure dévastée et des trains datant d'il y a plus de trente ans n'inspirent guère la confiance aux passagers.
En 2006, 47 personnes ont été tuées et environ 200 ont été blessées lorsqu'un train a déraillé et a plongé dans le canyon d'une rivière à proximité de la capitale monténégrine Podgorica. En Serbie, sur les 190 kilomètres de voies ferrées qui devraient être réparés tous les ans, seulement 20 à 30 kilomètres le sont effectivement. La vitesse moyenne des trains est de 42 km/h. Sur quelque 400 kilomètres, soit presque 10 % de la totalité des voies ferrées en Serbie, la vitesse est limitée à seulement 10 km/h. "Les voies ferrées sont en très mauvais état dans toutes les ex-républiques yougoslaves, hormis la Croatie", explique le ministre adjoint serbe des Transports, Dejan Lasica.
Mais même en Croatie - qui a investi le plus dans le transport ferroviaire dans la région -, la vitesse moyenne des trains de passagers et des trains de marchandises est de 46 et 21 km/h respectivement. Cette lenteur fait que seulement 8 % des marchandises sont transportées par train. En 2011, 12 millions de tonnes de marchandises ont été transportées en Croatie par train, soit 34 % du chiffre enregistré en 1990.
La Bosnie, elle, enregistrait avant la guerre (1992-95), 13 millions de passagers des chemins de fer par an, contre seulement 800.000 aujourd'hui. À l'époque, le train Belgrade-Sarajevo, propre et confortable, mettait cinq heures pour relier les deux villes. Cette ligne, annulée pendant le conflit, a été réactivée en 2009 puis de nouveau supprimée l'année dernière car le train brinquebalant et obsolète traversait la même distance en près de dix heures.
Les pays de la région devraient privatiser les compagnies de chemin de fer, investir dans l'infrastructure et alléger les procédures de passage des frontières afin de réformer ce secteur, a fait valoir la Banque mondiale (BM) dans deux études faites au cours des dix dernières années. "La mauvaise qualité de l'infrastructure ferroviaire a un effet négatif sur l'économie" des pays des Balkans, a souligné la BM. Dans un effort pour revitaliser ses voies ferrées et acheter de nouveaux trains, la Serbie a emprunté 1,5 milliard d'euros auprès de la Banque européenne d'investissement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Russie. "Nous nous attendons à une amélioration importante de la vitesse et du confort dans les cinq années à venir", a assuré Dejan Lasica. L'objectif principal est de remettre à neuf la partie du "Corridor 10", reliant l'Europe occidentale à la Grèce et la Turquie, traversant la Serbie, a-t-il précisé.

Katarina Subasic

Lundi 16 Septembre 2013



Lu 157 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse