Les chemins de fer italiens vont investir 94 md EUR sur dix ans


Les Ferrovie dello stato, les chemins de fer publics italiens, vont investir 94 milliards d'euros sur dix ans, avec l'ambition de devenir la première entreprise de services liées à la mobilité en Italie.


© FS
© FS
Les chemins de fer italiens, Ferrovie dello stato (FS), vont investir 94 milliards d'euros sur dix ans, a annoncé mercredi 28 septembre le patron du groupe, Renato Mazzoncini. Ce dernier a également précisé les modalités de la privatisation partielle de l'entreprise, attendue pour 2017. Seule la partie Lignes à grande vitesse et Intercity de Trenitalia, qui gère le transport ferroviaire, sera privatisée avec au moins 30 % du capital mis sur le marché. Leur activité génère un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d'euros, avec un résultat d'exploitation (Ebitda) de 700 millions d'euros.
Ferrovie dello stato, première entreprise d'Italie en termes d'investissements, a l'ambition "d'entrer dans les villes" après être devenue le "métro" italien reliant les grandes villes, a affirmé Renato Mazzoncini. Pour cela, l'entreprise veut offrir un "service intégré" avec toutes les formes de transport, soit directement soit en partenariat avec d'autres entreprises.
Pour le moment, FS répond à environ 6 % des besoins de mobilité en Italie et les moyens privés de transport à plus de 80 %. Le groupe ambitionne de porter cette part de marché à 25 % à l'horizon 2026. Grâce à ce plan, le groupe compte passer d'un chiffre d'affaires de 9 milliards d'euros, attendu en 2016, à quelque 17,6 milliards en 2026 et doubler son résultat d'exploitation (Ebitda) sur la même période de 2,3 à 4,6 milliards d'euros.
Le chef du gouvernement, Matteo Renzi, est venu apporter son soutien à ce plan industriel 2017-2026, assurant qu'il entrait dans le cadre de ce que l'Italie demande à l'Europe : plus d'investissements. Pour lui, le choix de l'Europe d'abandonner cette politique d'investissements, divisés selon lui par deux dans les années 2012-2013, a été "une erreur tragique".
Le patron des chemins de fer italiens a précisé que l'entreprise comptait investir 73 milliards dans les infrastructures, 14 milliards pour le matériel roulant et sept pour le développement technologique. Quelque 58 milliards d'euros sont déjà assurés : 35 milliards venant de l'État, et 23 milliards par auto-financement.
Concernant les infrastructures, Renato Mazzoncini a illustré la marge de manœuvre avec l'exemple du réseau métropolitain italien, long d'environ 290 km à travers le pays, soit l'équivalent du réseau d'une seule vile comme Madrid.
Le transport régional ne sera pas oublié avec le renouvellement déjà engagé de la flotte grâce à la fourniture de 450 nouveaux trains, dont une grande partie par le groupe français Alstom.
Busitalia, filiale pour le transport par bus, prévoit de son côté l'arrivée de 3.000 nouveaux véhicules pour un développement sur les longues distances et dans la perspective d'une offre intégrée pour des destinations non desservies par le train.

Mercitalia pour le transport de marchandises

Pour le transport de marchandises, dont le développement sera l'un des objectifs les plus "difficiles" à atteindre, selon Renato Mazzoncini, FS prévoit de créer un seul pôle début 2017, baptisé Mercitalia, pour favoriser la création d'une plateforme unique de dialogue avec les clients. Le groupe ambitionne de transporter sur le rail 30 % des marchandises en Italie d'ici 2030, conformément aux objectifs édictés par la Commission européenne.
Enfin, Ferrovie dello satto compte se développer à l'international à la faveur de l'ouverture à la concurrence de la grande vitesse en Europe à l'horizon 2020. FS compte ainsi être candidat à l'exploitation de lignes comme Paris-Bordeaux Milan-Zurich-Francfort ou Londres-Édimbourg.
L'international représente pour l'instant 13 % du chiffre d'affaires du groupe, qui ambitionne de porter ce chiffre à 23 % en 2026.

AFP

Jeudi 29 Septembre 2016



Lu 330 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse