Les commissionnaires investissent le ferroviaire


D'Eurogroup à ECR France, plusieurs études récentes soulignent le rôle des commissionnaires pour relancer le fret ferroviaire. En qualité d'organisateur de transport et d'interlocuteur unique, GCA Trans et Logways confirment cette analyse à travers deux exemples opérationnels depuis le début de l'année pour le compte d'AGC et d'Umicore.


Ghislain Billaudel, président de Logways et de la commission Ferroviaire de l'Union TLF © TLF
Ghislain Billaudel, président de Logways et de la commission Ferroviaire de l'Union TLF © TLF
En logistique, les contrats de dix ans entre un chargeur et un prestataire sont rares. C'est pourtant la durée qui lie GCA Trans, filiale du groupe Charles André, et le fabricant de verre AGC. Jusqu'en 2014, l'usine de ce dernier à Boussois près de Maubeuge recevait ses matières premières par train suivi d'un brouettage routier d'une trentaine de kilomètres, soit l'équivalent de plus de 9.000 camions par an parcourant de l'ordre de 276.000 km ! Conçue par GCA avec le concours de Colas Rail, la nouvelle organisation permet aujourd'hui un acheminement ferroviaire de bout en bout : "Ce report modal est synonyme d'une meilleure sécurité dans l'usine et d'amélioration de son empreinte carbone", souligne Jérôme Minfray, directeur général du pôle logistique vrac au sein du Groupe Charles André. Pour arriver à ce résultat, GCA a procédé et piloté plusieurs investissements comme la modernisation d'un pont ferroviaire sur la Sambre et des voies ferrées desservant l'usine. De nouvelles installations de déchargement automatique à l'aide de fosses de vidage ont également été déployées, adaptées aux wagons mis à disposition par Colas Rail. Lancés dès 2013, ces travaux assurent aujourd'hui à raison d'un train par jour l'approvisionnement ferroviaire de sables et de carbone de soude en provenance d'Île-de-France et de l'Aisne. Soit un trafic quotidien de près d'un millier de tonnes ! "Par rapport au schéma précédent, la nouvelle organisation est plus compétitive et est rentable pour les deux parties. Elle a été rendue possible grâce à la durée de la relation contractuelle autorisant les investissements financés par GCA. À l'issue du contrat, les installations seront confiées au chargeur".

Trains entiers aller-retour

Moyen de sauvegarder un trafic ferroviaire risquant de basculer sur la route, la nouvelle chaîne logistique développée par Logways, filiale du groupe Delcroix, pour le compte d'Umicore, fabricant de produits finis et semi-finis à base de zinc, est également opérationnelle depuis le début de l'année. Entre ses usines situées à Auby dans le Nord et à Vivier dans l'Aveyron, Logways a bâti un schéma original sur la base de trains complets chargés à l'aller comme au retour, pré et post-acheminements routiers et manutentions inclus. Auparavant, "la chaîne d'approvisionnement d'Umicore souffrait de la mauvaise qualité de service de l'offre ferroviaire l'obligeant à augmenter ses stocks sur ses sites de production, et à recourir au mode routier fréquemment pour éviter l'interruption de nos productions", rappelle Thomas Latapie, son directeur supply chain.

"Mieux intégrer le rail dans les chaînes d'approvisionnement"


"Outre les risques associés et le manque de visibilité en termes de délais, nous supportions de multiples surcoûts". Avec l'aide de l'entreprise ferroviaire ETF Services, la nouvelle organisation garantit au chargeur une rotation hebdomadaire réalisée le week-end. "Sa mise en œuvre intègre l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement : le transport, le stockage, les capacités de production et la saisonnalité de l'activité. Une solution de backup par la route est toujours possible si perturbations sur le réseau ferré ou urgence", explique Ghislain Billaudel, président de Logways et de la commission Ferroviaire de l'Union TLF.

Prix à la tonne

Sur la base d'un contrat de cinq ans, l'autre originalité de la prestation du commissionnaire est son mode de facturation : "L'ensemble des opérations est consolidé et facturé à la tonne. Umicore a donc un interlocuteur et une facture uniques", valorise Ghislain Billaudel. De son côté, Logways intervient en qualité de chef d'orchestre en pilotant de façon intégrée l'ensemble des maillons jusqu'à la gestion des sillons avec la participation d'ETF Services.

Érick Demangeon

Jeudi 16 Avril 2015



Lu 1031 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse