Les conteneurs et les vracs solides tirent le GPMM


Le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) a achevé le premier semestre sur un trafic global de 41 millions de tonnes. Le recul de 4 % par rapport aux six premiers mois de 2012 est dû à la chute des hydrocarbures. En revanche, les autres filières d'activité ont toutes progressé. Les professionnels impliqués dans le secteur de la ligne régulière se réjouissent tous de voir le conteneur continuer de progresser.


© GPMM
© GPMM
Après la progression annuelle de 14 % de 2012, les échanges conteneurisés ont continué de croître au premier semestre, atteignant 553.999 EVP contre 520.917 EVP l'an dernier. Selon la direction du GPMM, l'augmentation de 6 % du secteur est due sans surprise aux terminaux de Fos. L'établissement portuaire indique que "les exportations vers la Chine (+ 6 %), les échanges avec l’Asie du Sud-Est mais aussi avec la Turquie (+ 44 %) ont fortement contribué à cette embellie".
Le port met au crédit du second trimestre l’arrivée à Fos d’un nouveau trafic de fruits et légumes avec Israël en attendant la nouvelle ligne opérée par Hanjin et UASC reliant l'Inde, le golfe Persique et les États-Unis à venir en juillet (voir "L'Antenne" du 26 juillet). Quant aux bassins Est du GPMM, ils ont rattrapé leur retard du premier trimestre et ont affiché une légère hausse de 1 % à fin juin.

"Le nombre d'EVP dopé par l'Extrême-Orient et la Turquie"


De son côté, le trafic conventionnel a bien commencé l'année. Il a achevé le premier semestre sur une hausse de 4 % à 1.356 tonnes. Le Grand Port maritime attribue cette croissance aux exportations de produits sidérurgiques et à la réception des premiers lots pour le site d’Iter sur la commune de Cadarache (Bouches-du-Rhône). En revanche, malgré une reprise observée au cours du deuxième trimestre, les flux rouliers, avec 2.017 tonnes (soit 90.908 remorques) sont restés en retrait de 3 % à l'issue du premier semestre. Le secteur Corse-Sardaigne a baissé de 10 % en termes de tonnages. Au total, le segment des marchandises diverses a affiché un trafic de 8,8 millions de tonnes, en hausse de 3 % par rapport à juin 2012.
Du côté des vracs solides, l'activité a progressé de 11 %, à 6,46 Mt. Selon le GPMM, cette croissance à deux chiffres s’explique par les importations de matières premières destinées à la sidérurgie. Il indique que la houille a progressé de 61 %. À l’inverse, les vracs agroalimentaires ont "basculé dans le rouge". Ils ont reculé en effet de 7 % à 483.000 tonnes. Quant aux autres vracs (bauxite, matériaux de construction…), ils ont marqué une baisse de 10 % sur le semestre, à 1.46 Mt, contre 1,63 Mt au cours des six premiers mois de 2012.

Les vracs liquides plombés par le pétrole

Les vracs liquides, pour leur part, ont baissé de 9 % pour s'établir à fin juin 25,73 Mt. Le recul de ce trafic cumulé est dû à la diminution de 9 % des hydrocarbures, à 24 Mt. Le secteur est victime de la chute de 68 % des importations du pétrole brut, qui sont passées de 4,13 Mt pendant les six premiers de 2012 à seulement 1,32 Mt cette année. Il faut se tourner du côté de l'Allemagne pour trouver une coupable. Il s'agit de la raffinerie Miro de Karlsruhe qui a arrêté il y a quelques mois de s'approvisionner par Fos. La filière a également été frappée par la baisse de 24 % des produits raffinés (5,36 Mt) et de 15 % du GPL (1,04 Mt). La hausse de 18 % du brut national (qui a totalisé 13,37 Mt) n'est pas arrivée à compenser la chute des autres segments d'activité.
Au terme de six mois d’exercice, près de 1,7 Mt de vracs chimiques et alimentaires ont transité par le port, soit une baisse de 5 % par rapport à 2012. "Les flux positifs de biocarburants (+ 56 %) ne suffisent pas à compenser les retards de trafic de soude caustique et de MTBE, deux produits étroitement liés aux activités de Kem One (en redressement judiciaire) et de Lyondell Chimie", a ajouté la direction du GPMM.
Du côté du trafic passagers (secteur qui a achevé le semestre sur le chiffre de 973.000 voyageurs, soit en hausse de 13 %), l'activité croisières a affiché une croissance semestrielle de 38 %. Du coup, à 491.000 passagers, ce trafic dépasse pour la première fois le secteur lignes régulières, qui a baissé de 4 % pour achever le semestre sur 482.000 passagers. La direction du port attribue ce repli à l'instabilité des trafics vers la Tunisie et l'Algérie mais souligne la bonne résistance de la Corse (+ 5 %).

Vincent Calabrèse

Vendredi 26 Juillet 2013



Lu 339 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse