Les contrôles aux frontières pénalisent le transport routier


Le retour des contrôles aux frontières dans plusieurs pays d'Europe du fait de la crise des migrants donne des sueurs froides aux transporteurs, qui anticipent retards et hausses de coûts dans un contexte déjà tendu.


Les principes de Schengen sont mis à mal par le retour de contrôles frontaliers © Franck André
Les principes de Schengen sont mis à mal par le retour de contrôles frontaliers © Franck André
"Nous constatons des retards pour tous nos camions, et c'est la même chose pour tous les acteurs du secteur", explique Cora Bügenburg, directrice des opérations chez Allgeier Translog, transporteur allemand dont les camions sillonnent toute l'Europe.
La faute aux contrôles instaurés depuis près d'une semaine. L'Allemagne a donné le coup d'envoi sur sa frontière avec l'Autriche, pour mieux canaliser le flot de migrants arrivant chez elle. Dans la foulée, l'Autriche et la Slovaquie ont également mis en place des contrôles et depuis, l'Allemagne a renforcé ceux aux frontières avec la France et la République Tchèque. Dès lundi matin, des embouteillages monstres se sont formés en Allemagne et en Autriche.
Si les camions prennent du retard, ils ne sont pas déchargés à temps, et sont moins vite disponibles pour prendre un nouveau chargement. Rapidement, on risquera "la pénurie de capacités", anticipe Mme Bügenburg, "et ça, ça fait grimper les prix".

Les capacités sont "justes"

Et cela à un moment où, en Europe, "les capacités de transport sont déjà justes", du fait de la vigueur retrouvée du commerce sur le continent, explique Sebastian Lechner, directeur général de la fédération bavaroise des transporteurs.
Ni l'ampleur ni la durée de ces entorses au principe de libre-circulation dans l'espace Schengen ne sont prévisibles, d'autant que les migrants tentent maintenant de se frayer un chemin par d'autres pays, la Croatie et la Slovénie. La circulation en Europe d'un pays à l'autre sans formalités est la pierre angulaire du modèle économique des transporteurs européens.

 

"Un coup dur pour la position concurrentielle de l’Europe"


Si les contrôles devaient être établis à toutes les frontières de l'espace Schengen, le manque à gagner pour les sociétés néerlandaises de transport routier par exemple serait de 600 millions d'euros par an, sur la base d’un retard d’une heure par passage de frontière, explique Renee Reijers, porte-parole de la Fédération néerlandaise des sociétés de Transport et Logistique (TLN). "De manière plus large, le retour des contrôles aux frontières signifie un coup dur pour la position concurrentielle de l’Europe", argumente la fédération, "aux États-Unis ou en Chine, les sociétés de transport peuvent parcourir de longues distances sans contrôles, et donc sans pertes de temps ou coûts supplémentaires". Et le coût final des produits industriels s'en ressent avantageusement. Dans l'UE, les trois-quarts environ du trafic de marchandises s'effectuent par la route, le rail arrivant bien loin derrière.
La Bavière, région du sud de l'Allemagne la plus touchée par les contrôles jusqu'alors, est "à la croisée de nombreux axes de transport européens", rappelle M. Lechner. Tout le trafic qui vient d'Italie, gros partenaire commercial de l'Allemagne, transite par l'Autriche et la Bavière, précise-t-il.

Coûts supplémentaires

Toutefois pour Doriano Bendotti, secrétaire de la section de Bergame de la Fédération des transporteurs routiers italiens (FAI), si "des ralentissements supplémentaires" ont été constatés sur la région Allemagne-Hongrie-République Tchèque ces derniers jours, "on n'en est pas à une situation d'urgence".
La fédération allemande de la logistique DSLV fait valoir que les embouteillages font partie du quotidien des entrepreneurs de transport, et qu'en outre ils "peuvent dans une certaine mesure compenser", en planifiant des temps de trajet plus longs.
"Mais des parcours alternatifs plus longs signifient des coûts supplémentaires", fait valoir Mme Bügenburg. Déjà, les coûts vers le Royaume-Uni se sont renchéris, indique M. Bendotti, sur fond de procédures de sécurité renforcées à Calais en France, d'où des cohortes de migrants essaient quotidiennement de passer en Angleterre.

Mathilde Richter

Vendredi 18 Septembre 2015



Lu 375 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse