Les émissions de CO2 du transport de fret multipliées par 4 d'ici 2050


Les émissions de CO2 dues au transport de marchandises vont quadrupler d'ici 2050, d'après une étude de l'OCDE. La croissance des pays en développement prendra la plus grande part de cette hausse, avec un recours accru à la route.


Les émissions de CO2 du maritime devraient voir leur part dans le total du transport de fret baisser de 37 à 32 %, mais leur volume augmenter de 240 % © HMM
Les émissions de CO2 du maritime devraient voir leur part dans le total du transport de fret baisser de 37 à 32 %, mais leur volume augmenter de 240 % © HMM
Alors que le monde cherche à Paris des solutions pour freiner le réchauffement climatique, l'International Transport Forum (ITF), a tenté d'anticiper l'évolution des émissions de CO2 générées par le secteur, qui devrait être multiplié par 4 en 40 ans.
D'après l'organisation des pays de l'OCDE dédiée au transport, "l'impact à long terme du commerce mondial sur les émissions de CO2 a été largement ignoré". Or, ces rejets de gaz à effet de serre sont surtout causés par le déplacement physique des biens échangés, souligne l'ITF. Celle-ci estime que le fret international est aujourd'hui à l'origine de 30 % des émissions de CO2 générées par la combustion du carburant utilisé pour le transport et de plus de 7 % des émissions mondiales.
Pour établir son document intitulé "L'empreinte carbone du commerce international", l'agence a utilisé un modèle tenant compte de toutes les composantes d'un transport de fret de porte à porte. L'hypothèse de base est une croissance des échanges mondiaux de 3,5 % par an, soit une multiplication par 4,1 sur 40 ans (exprimée en valeur). D'après cette étude, les émissions de CO2 causées par le transport de marchandises devraient être multipliées par 3,9 de 2010 à 2050, passant de 2,11 à 8,13 milliards de tonnes par an, malgré les progrès technologiques. "Ceci devrait sérieusement contrarier les objectifs climatiques", estime l'ITF.

Allongement des chaînes de transport

Différents scénarios ont été projetés concernant les futurs accords de libre-échange. Dans le cas le plus libéral l'agence anticipe une réorientation de la croissance économique et des flux vers les pays non-membres de l'OCDE. Ce scénario induirait une hausse de 15 % des émissions de CO2 dues au transport de fret par rapport à sa prévision de base.
Dans ce cas d'"ouverture multilatérale", la part des émission issues des échanges entre pays de l'OCDE serait divisée par deux, de 47 à 25 %, le commerce entre pays tiers passant de 15 à 33 %.
Selon l'ITF, une telle évolution des flux s'accompagnera irrémédiablement d'un allongement des chaînes d'approvisionnement, avec l'éloignement croissant des pôles de production et de consommation. Ce sera surtout marqué sur l'axe Atlantique Nord, vers l'océan Indien et le Pacifique Nord. "La distance moyenne d'un transport international augmentera de 12 % entre 2010 et 2050", prédit l'étude. Celle entre économies développées et marchés émergents évoluera peu alors que celle entre pays en développement s'allongera de 20 %. Dans le même temps, le phénomène d'éclatement des lieux de production dans le monde devrait s'accélérer, selon l'ITF.
La répartition des émissions par mode en sera elle aussi affectée. La part de la route devrait augmenter de 53 à 56 % et celle de l'aérien de 7 à 9 %, celle du maritime baisser de 37 à 32 %, tandis que la part du ferroviaire devrait demeurer à 3 %.

La part de la route en forte hausse

L'étude fournit trois raisons principales à la hausse des émissions de CO2 et à l'évolution de leur répartition modale.
La première est donc l'allongement des distances entre les partenaires commerciaux. La plus forte augmentation des émissions en valeur absolue concernera de très loin l'intra-Asie – 3,2 milliards de tonnes en 2050, soit près 2,5 de plus qu'en 2010 – devant le corridor Pacifique Nord. La plus forte hausse relative se situe sur l'intra-Afrique (+689 %).
La deuxième raison tient justement à la localisation de cette croissance sur les marchés intérieurs asiatiques et africains, régions où les infrastructures de transport sont les moins développés à l'heure actuelle. Ainsi, cette tendance devrait accroître le recours au transport routier, le plus émetteur de CO2.
Enfin, pour l'ITF, la sophistication croissante des produits exportés devrait aussi augmenter la part du transport aérien, qui bénéficie d'un avantage concurrentiel pour les biens à haute valeur ajoutée et qui reste le plus polluant des modes à la tonne transportée.

"Le pré et post-acheminement compte pour 10 % du transport mondial et 30 % des émissions"


Si les émissions du shipping et de l'aérien sont inférieures à celles de la route en volume, elle ne sont pas négligeables, insiste l'OCDE. Les rejets du maritime sont censés croître de 240 %, selon le scénario de base, et ceux de l'avion "plus rapidement encore".
L'ITF estime que les règlements de l'Organisation maritime internationale (OMI) EEDI (Energy Efficiency Design Index) et SEEMP (Ship Energy Efficiency Management Plan) pourront réduire les émissions du maritime de 180 millions de tonnes annuelles dès 2020. En aérien, il évoque le projet de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) d'échange de quotas d'émissions qui pourrait être lancé en 2016.

Des leviers locaux

Autre enseignement, le poids de la partie locale du transport. Le pré et post-acheminement ne représente que 10 % du commerce mondial (en tonnes-km) mais génère 30 % des émissions de CO2 du secteur, du fait de la prédominance de la route. L'OCDE y voit une bonne nouvelle car pour elle, c'est la partie qui présente le plus de leviers pour les politiques de réduction des émissions, comparé au transport international soumis à la négociation d'accords multilatéraux. Là aussi des disparités sont constatées : 9 % en Chine, où l'activité est concentrée sur les côtes, et 14 % en Inde. Aux États-Unis, la partie domestique des transports internationaux est estimée à 15 % en 2010 et pourrait passer à 40 % en 2050, dans le cas d'une hausse importante des exportations agricoles américaines vers la Chine.
Or, on peut douter l'efficacité de mesures locales unilatérales, pour des questions de compétitivité à l'intérieur et de distorsion de concurrence à l'extérieur, comme en témoigne l'échec des quotas d'émissions aériennes de l'UE.
Pourtant, l'agence de l'OCDE sans aller jusqu'à encourager le protectionnisme, démontre clairement que la mondialisation a aggravé la situation environnementale. Et les discussions à la Cop 21 illustrent la double difficulté des États à prendre leur part et à trouver des positions communes. Outre les progrès techniques et la rationalisation des chaînes d'approvisionnement, la mutualisation des moyens est citée par le rapport comme vertueuse pour la réduction de la pollution et d'un point de vue économique. Encore une piste pour les 195 pays réunis à Paris.

Franck André

Mercredi 9 Décembre 2015


Lu 892 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse