Les "incohérences" de la LGV Est


Le cofinancement du TGV-Est Paris-Strasbourg par de nombreuses collectivités locales a conduit à des choix incohérents et des investissements "contestables", a pointé mardi 12 février la Cour des comptes dans son rapport annuel, évoquant des dessertes peu fréquentées, ou une gare TGV construite en "rase campagne" en Lorraine.


La Cour des comptes épingle les "incohérences" de la LGV Est. Inaugurée en juin 2007, la LGV Est est la première ligne du réseau à grande vitesse français à avoir été cofinancée par les collectivités locales - à hauteur de 24 % pour la partie mise en service en 2007, et même de 32 % pour la deuxième phase actuellement en chantier, qui raccourcira encore le trajet et doit être mise en service en 2016. Pour la Cour, le problème est que "la recherche des cofinancements et la compétition entre les collectivités pour l'accès au TGV ont fragilisé le pilotage du projet. Celui-ci y a perdu en cohérence, tandis qu'étaient avalisés des choix d'investissements critiquables". La participation financière des différentes collectivités "apparaît très hétérogène et moins marquée par une logique économique d'ensemble que par une compétition pour obtenir une desserte par le TGV", note le rapport.
Ses auteurs s'étonnent que dix-sept villes non situées sur l'axe de la LGV aient obtenu d'être connectées malgré tout au réseau TGV, via des liaisons directes régulières, alors que cela supposait des aménagements coûteux et que leur faible fréquentation peut faire douter de leur pérennité. Surtout, la Cour fustige l'implantation de la gare TGV Lorraine, construite "en rase campagne" à Louvigny, à mi-distance de Metz et Nancy, et uniquement accessible par la route.

La gare de Louvigny reconvertie pour le fret

"Cette localisation est pour le moins surprenante", commentent les magistrats financiers. D'autant que les collectivités locales envisagent de construire une deuxième gare TGV à moins de 20 km de la première, à Vandières, une ville déjà desservie par TER. Ce serait "une gare de trop", selon la Cour, qui met en doute la "pertinence" d'un projet consistant à reconvertir la gare de Louvigny pour le fret.

AFP

Mercredi 13 Février 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse