Les infrastructures du Brésil ont vingt ans de retard


Alors que le Brésil engrange sa "récolte du siècle", Daniel Lucio Oliveira de Souza décrypte les faiblesses logistiques du pays. Ancien directeur du port de Paranagua, le deuxième plus important du Brésil pour le transport de matières premières, M. Oliveira est aujourd'hui consultant dans le domaine des transports et de la logistique.


© Portos do Parana
© Portos do Parana
Les infrastructures brésiliennes sont-elles à la hauteur de la production agricole massive du pays ?

Pour transporter d'énormes quantités de soja ou de maïs depuis les États du Mato Grosso et de Goias vers les ports du Sud, il faut avoir une stratégie de transport à l'échelle du pays entier. Or, le Brésil a accumulé vingt ans de retard dans les infrastructures et la coordination logistique. Nous manquons de communication entre les ports, les voies fluviales et les routes. À cause de ça, l'agriculture continue à générer des revenus peu élevés malgré d'immenses richesses dans ce domaine. La ligne ferroviaire qui alimente le port de Paranagua, par exemple, a été à peine modernisée depuis son inauguration par la princesse Isabel, à la fin du xixe siècle. Les voies sont étroites, les virages serrés et les ponts supportent des charges limitées. Avant d'emprunter cette ligne, les grands convois de grains qui arrivent de l'intérieur du pays doivent être transférés dans des wagons plus petits, qui roulent moins vite. Cela renchérit le coût du fret pour le producteur.

"Une stratégie de transport à l'échelle du pays entier"


Comment expliquer ce manque de stratégie logistique à l'échelle du pays ?

Le pays a pris du retard à cause de difficultés économiques mais ça s'est aggravé dans les années 80 et 90 à cause d'une politique agressive de privatisation du rail, des ports et des routes. Le gouvernement a délégué la gestion sans assurer de coordination. Chaque entreprise a pris soin de son tronçon de route, ou de son "île" portuaire. La Portobras, l'administration nationale des ports, a disparu en 90 et avec elle toute une vision stratégique de la question portuaire. Le Brésil n'a retrouvé des organes de coordination logistique qu'au début des années 2000, notamment avec l'arrivée de Lula au pouvoir. L'Agence nationale des transports fluviaux (Antaq) a été mise en place en 2001, mais douze ans c'est peu pour recréer une vision stratégique dans ce domaine.

Le gouvernement est en train de reprendre en main la gestion des ports. Ce n'est pas suffisant selon vous ?

La mesure fédérale qui est en débat actuellement doit enfin recentraliser la gestion des ports. Car l'inefficacité est encore flagrante. Des navires céréaliers de grande capacité pourraient par exemple venir s'approvisionner dans nos ports, sauf que les quais ne sont pas assez solides pour qu'ils s'y amarrent. Le souci c'est que cette mesure, qui prévoit entre autres le recours à de la main-d’œuvre privée, provoque des résistances parmi les syndicats de dockers. Parfois, là où il suffirait d'une douzaine d'hommes pour charger un navire, ils obligent à embaucher vingt-quatre personnes. C'est un coût pour le système mais un revenu pour eux. Ils sont donc opposés à cette mesure.

AFP

Mercredi 10 Avril 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse