Les leaders de l'aéronautique s'allient pour les biocarburants


Les constructeurs aéronautiques européen Airbus, américain Boeing et brésilien Embraer ont annoncé avoir signé jeudi 22 mars un protocole d'accord de collaboration pour le développement de biocarburants à propriétés équivalentes "à un prix abordable".


© Airbus
© Airbus
Airbus, Boeing et Embraer, les leaders de l'aéronautique, s'allient pour développer les biocarburants. Les trois leaders du secteur "ont convenu de rechercher des opportunités collaboratives en vue de s'adresser de façon unanime aux gouvernements, aux producteurs de biocarburants et aux autres parties prenantes majeures, afin de soutenir, promouvoir et accélérer la disponibilité de nouvelles sources de carburants aéronautiques durables", a indiqué Airbus. Ce dernier et Boeing soutiennent déjà la recherche de carburants d'origine organique moins polluants que le kérosène, carburant fossile, qui puissent être utilisés dans l'aviation civile. Leur projet est d'obtenir des biocarburants dit "drop in", à propriétés équivalentes et qui puissent être utilisés indifféremment par tous les avions quelle que soit leur origine organique.

«Utilisation par tous les avions quelle que soit leur origine organique»


L'innovation en vue de l'amélioration des performances des avions et la modernisation du trafic aérien "sont des aspects essentiels qui permettront d'atteindre une croissance neutre en carbone à partir de 2020 et de réduire de 50 % les émissions générées par l'industrie d'ici 2050, par rapport aux niveaux de 2005", ont relevé les trois groupes, membres affiliés du Groupement des utilisateurs de carburant durable pour l'aviation (Safug). Ce groupement rassemble vingt-trois compagnies aériennes, qui consomment 25 % du carburant utilisé chaque année par le secteur.
Alors qu'en dix ans "le trafic aérien a augmenté de 45 %, la consommation de carburant affiche une hausse de seulement 3 %", a souligné Tom Enders, patron d'Airbus. "Grâce à notre détermination commune en vue de réduire les impacts environnementaux de l'aviation, et à nos efforts collectifs pour le développement de carburants durables, nous pouvons accélérer leur mise sur le marché et agir pour le bien de notre planète", a relevé de son côté le patron de Boeing, Jim Albaugh.

Un biocarburant à base d'eucalyptus

Airbus a annoncé mercredi 21 mars s'être associé à un consortium australien, dans lequel figure en particulier la compagnie Virgin Australia, pour explorer la production de biocarburant à base d'une espèce d'eucalyptus qui pousse dans les zones arides. "L'objectif du projet est d'établir un centre pilote pour la production de carburants alternatifs, qui sera opérationnel en Australie au cours de l'année prochaine", a annoncé Airbus. Le projet vise à utiliser le mallee, une espèce d'eucalyptus cultivé notamment dans la "wheat belt" (ceinture de blé) d'Australie occidentale et de le transformer par un processus de pyrolyse en carburant alternatif pour l'aéronautique.
La pyrolyse consiste à brûler sans oxygène la cellulose du mallee pour obtenir un hydrocarbure, a expliqué Frédéric Eychenne, directeur du programme énergies nouvelles chez Airbus. "Le rôle d'Airbus est notamment de soutenir le processus d'approbation et de certification afin que les carburants obtenus par pyrolyse puissent être utilisés pour la première fois dans l'aviation civile".
Deux autres processus de fabrication de bio-kérosène ont jusqu'à présent été certifiés par les organismes internationaux - l'un basé aux États-Unis, l'autre en Grande-Bretagne - qui autorisent l'utilisation de biocarburants dans l'aviation. Le mallee rejoint ainsi des plantes comme la jatropha, qui pousse en Amérique latine, et la caméline (également appelée lin bâtard) ainsi que les algues comme source possible de biocarburant dont les constructeurs aéronautiques encouragent le développement. Ce taillis, récolté tous les trois ans, peut être utilisé pour former des haies qui protègent les cultures, a ajouté M. Eychenne. Ces haies fixent l'eau et absorbent le sel qui appauvrit actuellement le rendement des terres en Australie.
Airbus à l'ambition de mettre en place des chaînes complètes, de la production de matière première organique au raffinage jusqu'à la compagnie aérienne, sur chaque continent. Il dispose déjà de chaînes en Europe (Espagne, Roumanie), Amérique latine (Brésil) et au Qatar. Après l'Australie, Airbus est en discussions pour établir une chaîne en Asie d'ici la fin de l'année, a indiqué M. Eychenne.

AFP

Vendredi 23 Mars 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse