Les marges des armateurs s'enfoncent dans le rouge


Dans un contexte toujours marqué par la surcapacité, les opérateurs de ligne maritime régulière subissent une baisse spectaculaire de leur marge depuis le début de cette année. La tendance s'est accentuée au deuxième trimestre.


Hyundai Merchant Marine est l'armateur ayant affiché la plus faible marge opérationnelle au deuxième trimestre © HMM
Hyundai Merchant Marine est l'armateur ayant affiché la plus faible marge opérationnelle au deuxième trimestre © HMM
Avec des taux de fret toujours au ras des pâquerettes dans le secteur de la ligne régulière, les revenus des armateurs atteignent aussi des records. Selon Alphaliner, qui se base sur les résultats semestriels de treize des principales compagnies mondiales, les recettes ont atteint leur plus bas depuis 2012. D'après le consultant, la marge opérationnelle moyenne de ces armements est tombée à - 9,2 % au deuxième trimestre 2016, alors qu'elle était déjà de - 5,5 % au premier trimestre.
Au milieu du marasme, Wan Hai est le seul armateur parmi ceux pris en compte à afficher une marge opérationnelle positive sur l'ensemble du premier semestre mais aussi entre avril et juin 2016 (voir le tableau ci-dessous). Le taïwanais 18e mondial a même amélioré ses performances entre le premier et le deuxième trimestre, au contraire de tous les autres, sauf son compatriote Evergreen.

Les Asiatiques davantage marqués

Le numéro un mondial n'échappe pas à la tendance puisque Maersk Line, avec une perte opérationnelle annoncée de 111 millions de dollars au deuxième trimestre, affiche une marge de - 2,2 %. De son côté, CMA CGM, qui faisait légèrement mieux que son rival danois au cours des trois premiers mois, a fait légèrement moins bien au cours des trois suivants. Les marges semestrielles sont proches : - 1 % pour Maersk et - 1,1 % pour la compagnie française. Au vu des chiffres collectés par Alphaliner, on constate également que les armateurs européens s'en sortent mieux que leurs homologues asiatiques.

L'armement qui symbolise en ce moment le mieux cette dégringolade est Hanjin Shipping, placé depuis le 31 août sur la voie de la faillite. Mais sa marge opérationnelle de -14 % au deuxième trimestre est surpassée par celles de trois autres opérateurs, dont son compatriote sud-coréen Hyundai Merchant Marine (HMM), qui affiche une marge négative de 26,7 %. Les deux autres sont le taïwanais Yang Ming et le singapourien APL, tombé récemment dans le giron de CMA CGM, avec des marges respectives de - 17,1 % et - 18,3 %.

Crise durable mais pas d'autre faillite

Le consultant s'attend à ce que ces performances négatives perdurent, "malgré une reprise des taux de fret au troisième trimestre, en particulier après les retraits de services de Hanjin en septembre". Pour Alphaliner, les quelques effets positifs pour le secteur des déboires de l'armateur coréen ont été de courte durée : "Les gains sur les taux ont déjà commencé à se dissiper car certains armateurs sont toujours dans la logique de gagner des parts de marché au lieu de maintenir un politique de prix rigoureuse". Et de prévoir que "l'arrivée prochaine de la basse saison hivernale accentuera la pression sur les taux de fret".
La faiblesse des recettes a mis en exergue la mauvaise santé de plusieurs entreprises du secteur, dont Zim, dont les fonds propres et le fonds de roulement sont constamment contrariés par "des pertes persistantes" et une lourde dette. Parmi les mesures entreprises, l'armateur israélien va suspendre son service Seven Star Express (Z7S) à la fin du mois.
Pour autant, un nouvel effondrement majeur dans le secteur est à exclure, estime le consultant. "Malgré les mauvaises postures financières dans lesquelles se trouvent certains armateurs, en particulier Zim et HMM, le risque d'assister à une nouvelle faillite semble faible. Car les parties prenantes de ces compagnies voudront éviter un autre fiasco semblable à celui de Hanjin. Elles préféreront opter pour une restructuration financière en bonne et due forme". Toutefois, une nouvelle donnée va entrer dans l'équation selon Alphaliner : "Leur capacité à traverser ces difficultés sans dommages dépendra de leur aptitude à garder la confiance de leurs clients, qui ont été fortement perturbés par l'effondrement de Hanjin".

"La mauvaise gestion du cas Hanjin Shipping servira de leçon"


Concernant ce dernier, le consultant prévoit que les actifs de la compagnie seront en grande partie liquidés et qu'il devrait ressortir de ce lessivage "un opérateur de niche beaucoup plus petit". Quoi qu'il en soit, Alphaliner veut croire que "la mauvaise gestion du cas Hanjin Shipping servira de leçon aux chargeurs et autres transporteurs en cas de nouveaux déboires d'un armateur".

Franck André

Jeudi 6 Octobre 2016



Lu 1860 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse