Les opérateurs ferroviaires alternatifs craignent de se voir imposer des mesures


L'Association française du rail, qui regroupe des opérateurs favorables à l'ouverture à la concurrence du secteur ferroviaire, a averti le gouvernement français contre toute tentation de leur imposer ses choix en matière d'organisation du travail, en plein conflit social sur ces questions à la SNCF.


L'Afra est l'Association française du rail © Afra
L'Afra est l'Association française du rail © Afra
"L'Association française du rail (Afra) met en garde le gouvernement contre toute tentation d'extension aux opérateurs alternatifs, fret comme voyageurs, des mesures qu'il impose à la SNCF", a indiqué l'organisation mercredi 1er juin. "Au-delà du seul opérateur historique, ce serait en effet toutes les entreprises ferroviaires qui se trouveraient alors dans une situation encore plus critique entraînant inéluctablement le secteur tout entier dans une spirale du déclin", a-t-elle ajouté.

En queue de peloton

L'Afra fait référence aux négociations sociales dans le rail, qui sont entrées cette semaine dans leur dernière ligne droite. À la SNCF, elles portent sur une nouvelle organisation du temps de travail plus flexible. Avec le patronat du secteur ferroviaire, elles concernent une convention collective unique au secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé) en vue de l'ouverture élargie à la concurrence à partir de 2020.
Or, selon des syndicalistes, le gouvernement a "forcé la main" de la SNCF lors de la séance de négociation de lundi 30 mai pour que le projet d'accord maintienne, à quelques exceptions près, les règles actuelles, notamment en matière de repos hebdomadaires des conducteurs.
"Afin de tenter de régler le conflit social né de la loi travail, le gouvernement a délibérément choisi de renoncer à toute évolution de l'organisation du travail au sein de la SNCF, évolution pourtant indispensable à l'amélioration de sa performance. Pire, les dernières annonces gouvernementales laissent penser que cette dernière sera encore réduite, aggravant le déficit de compétitivité de la SNCF qui la place déjà en queue de peloton des entreprises ferroviaires européennes", a argumenté l'Afra, disant regretter "ce choix qui obère l'avenir".
Un nouveau mouvement de grève perturbe le trafic SNCF depuis mardi 31 mai à l'appel de trois syndicats, la huitième depuis début mars mais la première à durée illimitée.

AFP

Jeudi 2 Juin 2016



Lu 367 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse