Les pays de la mer Noire doivent se moderniser


À la croisée de l'Afrique, du Moyen-Orient et de l'Asie, les pays de la mer Noire s'imposent comme des exportateurs majeurs de céréales sur la scène mondiale malgré leur logistique défaillante qu'il leur faudra moderniser pour peser encore plus sur les marchés.


© Novorossiysk Commercial Sea Port
© Novorossiysk Commercial Sea Port
Avec une production 2011-20102 estimée à 160 Mt de céréales et des exportations proches de 60 Mt, les trois mastodontes céréaliers que sont Russie, Ukraine et Kazakhstan disposent de plus de 270 Mha de terres agricoles, dont près d'un quart de cette fameuse terre noire (tchernoziom), une des plus fertiles au monde. "Malgré des atouts majeurs, la «troïka céréalière» de la mer Noire se heurte à des handicaps naturels et économiques tout aussi majeurs", ont expliqué Michel Ferret et Natalija Riabko, responsables des marchés et des études de filières à FranceAgrimer, lors du salon de l'Agriculture de Paris.

Logistique déficiente dans les ports

La rigueur extrême de l'hiver rend impraticables pendant plusieurs semaines dans l'année les ports situés sur la mer Noire et la mer d'Azov. Au début du mois de février, près de 130 navires étaient prisonniers des glaces dans le détroit de Kertch, reliant la mer Noire et la mer d'Azov. Autre handicap : une logistique déficiente au niveau des infrastructures portuaires, en Russie notamment, avec un nombre limité de ports en eaux profondes. La logistique portuaire russe en mer Noire se résume essentiellement aux ports de Novorossiysk, Taman et Touapse (en construction). Dans un pays où les céréales ne sont pas considérées comme stratégiques, leur transport par chemin de fer est onéreux.

«La marine marchande est inexistante au Kazakhstan»


L'Ukraine accumule elle aussi des mauvais points : peu de produits à exporter en dehors des céréales, un blé de bonne qualité mais souvent déclassé pour des raisons sanitaires (punaises), un déséquilibre budgétaire structurel qui conduit à l'instauration de taxes freinant l'exportation. Avec ses 870 silos, dont 733 certifiés, "l'Ukraine dispose d'une capacité de stockage inférieure à sa production, héritée du passé soviétique et obsolète", ce qui l'oblige à écouler sa marchandise rapidement, explique Olivier Bouillet de la Société Agritel à Kiev. Même constat au Kazakhstan, où les infrastructures sont vieillissantes, la marine marchande inexistante et dont l'accès aux ports de la mer Noire dépend du bon vouloir des "pays frères".
L'idée de la création d'une structure commune d'exportation des céréales réunissant les trois pays fait son chemin. Des évolutions spécifiques sont en cours en Russie, avec la création en 2009 de la société "United Grain Company" dont l'objectif affiché est de contrôler 50 % des exports de grains du pays, et l'entrée en scène du conglomérat privé "Summa Group". Mais il reste beaucoup à faire si les producteurs de la région veulent élargir leurs débouchés aux nouveaux marchés de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud, chasse gardée jusque-là des Anglo-Saxons.
Fin 2011, l'Ukraine a déjà contractualisé l'exportation de 800.000 t de maïs vers le Japon. Un projet audacieux signé en 2011 entre la Chine et la Corée du Sud devrait permettre de rejoindre la Corée du Sud par rail, via la Chine et la Corée du Nord, par le raccordement du Transsibérien à l'autoroute ferroviaire transcoréenne. "Actuellement gelé, ce projet pourrait être relancé dans un avenir relativement proche", note Natalija Riabko. "Les céréales seraient expédiées à partir du port de Nahodka (en construction en Russie) vers la Corée du Sud dans un délai réduit de treize à dix-huit jours contre trente à quarante jours actuellement par voie maritime".

Marie-Christine Justet

Lundi 5 Mars 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse