Les pertes de la SNCM devraient tripler en 2013


Les pertes de la SNCM devraient presque tripler en 2013 pour avoisiner les 40 millions d'euros, tandis que les dettes à l'égard de sa maison mère, Transdev, dépassent déjà les 100 millions d'euros, a-t-on appris vendredi 13 décembre de source proche du dossier.


© SNCM
© SNCM
Les pertes de la SNCM devraient avoisiner les 40 millions d'euros en 2013. L'an dernier, la perte de la compagnie maritime Corse-Continent était d'environ 13 millions d'euros, mais avait été allégée d'une trentaine de millions d'euros par la vente du siège marseillais de l'entreprise, selon une source proche du dossier. Le président de la SNCM, Marc Dufour, a affirmé vendredi 13 décembre dans un entretien à "La Provence" avoir "refusé" une demande de son actionnaire principal Transdev (détenu à 50-50 par Veolia et la Caisse des dépôts) de déposer le bilan. "J'ai refusé. Cette solution du dépôt arrangerait tout le monde car il n'y aurait plus rien à payer", a déclaré Marc Dufour au quotidien. Le patron de la SNCM juge "injustifié" un dépôt de bilan. Mais cette solution d'une procédure de sauvegarde protégerait notamment la SNCM d'avoir à rembourser à l'État et à la Corse 440 millions d'euros, comme la justice européenne vient de le décider. "La SNCM n'a pas de dette et ses actifs se montent à 280 millions d'euros. Notre problème est la trésorerie. Nous sommes en fin de saison, il y a une tension", a fait valoir Marc Dufour.

"Marc Dufour a refusé de déposer le bilan"


Selon une source proche du dossier interrogée vendredi, Transdev, Veolia et la CDC poussent tous pour un dépôt de bilan, une piste qui aurait également le soutien de l'État (actionnaire à 25 % de la compagnie). "C'est la seule procédure qui met la SNCM à l'abri des créances, 440 millions d'euros compris", a souligné cette personne au fait du dossier, sous couvert de l'anonymat. "Mais il n'y a pas eu de demande formelle en ce sens de l'actionnaire", a précisé cette source. Cette demande formelle passerait nécessairement par le conseil d'administration de la SNCM, a indiqué une autre source.
Pour assurer la trésorerie de la compagnie, Marc Dufour indique vendredi "que la Corse nous doit 60 millions puisqu'elle ne nous paie plus depuis juillet" pour un service complémentaire de liaisons saisonnières qui a été condamné par Bruxelles. "Et puis il y a les actionnaires. J'ai besoin de 13 millions d'euros. pour faire le relais avec la saison prochaine. Je ne suis pas inquiet", déclare Marc Dufour. Il ajoute que deux armateurs s'intéressent à la SNCM. "L'un est français et connaît bien notre entreprise" et "le second n'est pas français". Il s'agirait d'un groupe européen, selon une source proche du dossier. L'armateur français Louis Dreyfus a fait savoir qu'il n'était pas sur les rangs.

Les salariés dénoncent le démantèlement

Des salariés de la SNCM se sont rassemblés lundi 16 décembre en Corse et à Marseille pour dénoncer le projet de démantèlement de la compagnie maritime délégataire du service public, qui emploie 2.600 personnes. "La SNCM veut vivre ! La SNCM doit vivre !", était-il écrit sur un tract signé et distribué par des employés de toutes catégories devant les préfectures d'Ajaccio, Bastia et Marseille. À Ajaccio, ils étaient une centaine de manifestants. "Les actionnaires n'ont de cesse en coulisses de nous torpiller", accusent les salariés alors que la SNCM a remporté avec La Méridionale la DSP et que les personnels acceptent des efforts de productivité de 25 % demandés par le plan à long terme validé en conseil de surveillance.
Des délégations de salariés ont été reçues en préfectures. Dans leur tract, ils ont dénoncé "le double jeu de l'État et du ministre des Transports (Frédéric Cuvillier) qui affirment vouloir "sauver le joyau de la Méditerranée" et qui organisent en sous-main la liquidation de la SNCM". "Les actionnaires, avec la complicité de la région Corse, le mutisme d'une majorité de ses élus et le jeu trouble des dirigeants de notre pseudo-partenaire La Méridionale, ont programmé la fin de la SNCM !", est-il ajouté.
Ils demandent l'annulation d'une réunion prévue jeudi 19 décembre entre Jean-Marc Ayrault et les PDG de Veolia et Transdev, souhaitant que lui soit substituée une rencontre des actionnaires, de la direction et de représentants des salariés "dans laquelle l'État prendra des engagements de continuité de la SNCM." À Marseille, la délégation était accompagnée par près de 200 personnes. "On en appelle au respect de la parole du Premier ministre et du gouvernement, d'autant que des solutions existent", a dit Maurice Perrin, élu CFE-CGC et représentant des salariés actionnaires. Le syndicat de l'encadrement a invité les parlementaires et élus des collectivités locales à se réunir mardi 17 décembre au siège de la compagnie. "La situation de la SNCM semble inextricable, l'État a pourtant la main, en tant qu'actionnaire principal, en direct et via Transdev", souligne la CGC-CFE.

AFP

Lundi 16 Décembre 2013



Lu 103 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse