Les ports au rapport : l’axe Seine étrillé par le Ceser Normandie


Le retard sur les ports étrangers concurrents ne peut être rattrapé par la stratégie portuaire nationale. Le Conseil économique, social et environnemental régional de Normandie prône une autre stratégie, impliquant davantage les acteurs territoriaux.


© Port de Rouen
© Port de Rouen
"Un horizon incertain", "Paris-Seine-Normandie : un projet qui peine à dépasser le stade du concept", "la reconquête mais pas encore l’interaction", "absence de visibilité sur les trafics", "absence de statistiques fiables »… Le rapport rendu par le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Haute-Normandie, suite à une session plénière le 17 juin à Rouen, est sévère. Il aligne une flopée de critiques portant sur des sujets liés à la réforme portuaire nationale mise en place par le gouvernement en 2008 et à une situation locale bien spécifique sur l’axe Paris-Seine-Normandie. Pour le CESER, "le cloisonnement des disciplines, des métiers et des administrations, empêche les acteurs de travailler ensemble. Or, c’est dans cette interaction que se situe le levier de la véritable transformation des ports français".

Partage conflictuel du territoire

Le Ceser déplore que le modèle portuaire français, bien que réformé sur un modèle "hanséatique", reste "fortement imprégné de colbertisme (centralisme d'État) et de saint-simonisme (influence vertueuse des «sachants» sur les décisions)". Les représentants socioprofessionnels constatent un "partage conflictuel du territoire", notamment autour des questions environnementales soulevées par les projets d’infrastructures. La concertation ne porterait que sur une seule question : "Comment faire pour rendre la vision du maître d’ouvrage acceptable ?" Le Ceser souligne également le caractère très "autonome" des ports sur lesquels "les collectivités territoriales n'ont pas d'influence". Leur gouvernance est "verrouillée par un État qui demeure centralisateur dans l’âme", avec des Conseils de surveillance "ressemblant trop à des chambres d’enregistrement". Les ports du Nord de l’Europe, eux, cultivent "une fort proximité avec les collectivités territoriales".


"L’important est d’avoir retrouvé fiabilité sociale et productivité"


Le Ceser critique et émet quelques pistes, visant à renforcer l’implication du Conseil régional, au sein d’une plateforme de coopération concernant Haropa (alliance des ports du Havre, de Rouen, de Paris) et dans les Conseils de surveillance, ainsi que dans le pilotage d’actions de formation. Il préconise aussi une étude cible sur les perspectives de trafics afin de "clarifier les conditions dans lesquelles un report modal serait possible", ou encore une harmonisation dans les réglementations régissant la navigation fluvio-maritime…
Pour les ports de l’axe Seine, l’essentiel n’est pas là : il s’agit de "ne pas casser aujourd’hui une dynamique, assure Hervé Martel, vice-président d’Haropa. L’important est d’avoir retrouvé la fiabilité sociale et la productivité". Et de rappeler la croissance de 5 % du trafic des conteneurs depuis le début de l’année. Si les collectivités territoriales ont l’impression, selon le Ceser, d’être "considérées plus comme des chéquiers que comme des partenaires", le Conseil régional de Haute-Normandie n’est pas rancunier. Il a voté, le 24 juin, une subvention de 9 millions d’euros au Grand Port maritime du Havre pour l’aménagement du site destiné à accueillir les usines d’éoliennes d’Areva et d'EMF, ainsi que des subventions au volet enseignement et recherche dans le secteur de l’éolien.

Natalie Castetz

Mardi 25 Juin 2013



Lu 334 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse